Skip to main content Skip to search

Archives for Biologiques: produits et lutte

Les oiseaux : vos alliés au jardin

Les oiseaux sont des auxiliaires  extraordinairement utiles pour le jardinier. Ce sont pour la plupart, de grands dévoreurs d’insectes et de larves, leurs chants égayent le quotidien du jardinier surtout à la morte saison. Pour les inciter à rester au jardin, quelques conseils

 

Les oiseaux sont vos meilleurs auxiliaires au jardin. Ils sont extraordinairement utiles, car ils sont pour la plupart, de grands dévoreurs d’insectes, de larves et de chenilles.  Les mésanges nourrissent leurs petits de chenilles et de larves, et vous n’imaginez pas la quantité qu’elles en consomment !!En été, je les vois débarrasser mes choux des quelques chenilles de la piéride. Sur le pommier, la chasse est ouverte aux pucerons et autres insectes.

Si certaines espèces comme les nuées d’étourneaux, ou les  troupes de corbeaux peuvent parfois être un fléau, dans la majorité des cas, les oiseaux sont les alliés du jardiniers. Même les pies et les geais qui ont si mauvaise réputation, mangent les limaces, les escargots et bien d’autres choses encore.

Pour les attirer au jardin et les faire s’installer, il est indispensable de leur fournir le gîte et le couvert en hiver.  Selon les espèces, le gîte est naturel : une haie, un arbre haut, un trou dans un mur ou dans un tronc, une fente sous la toiture. Chacune des espèces a ses endroits favoris !! Pour attirer encore plus d’oiseaux, vous pouvez disposer quelques nichoirs dans les arbres, sous le toit ou près de l’abri de jardin.

Pour améliorer la présence des oiseaux dans votre jardin, incorporez une haie variée au jardin, prévoyez un massif non taillé d’arbustes divers, plantez des arbustes et arbres à baies.

Pour la nourriture, les oiseaux se débrouillent. Si votre jardin est laissé « au naturel », sans pesticides, les oiseaux trouvent en général leur bonheur à partir du printemps, en été et suivant la météo en automne : chenilles, insectes, larves et toutes les baies du jardin sont un festin pour eux .Pensez aussi à planter des lierres, des sureaux, des houx, des tournesols, de la viorne..etc.. Vous augmenterez la portion de baies disponibles pour tout ce petit monde.

En ajoutant un point d’eau, les libellules et d’autres insectes, viendront compléter la biodiversité.

Par contre, quand il fait trop froid, les insectes se mettent à l’abri. Et souvent,  toutes les baies ont déjà été consommées. Il faut donc préparer des postes de nourrissage pour aider vos petits amis à passer l’hiver. Graines, graisses, cacahuètes non salées, sans oublier les classiques graines de tournesol…vous trouverez en magasin une panoplie de petites douceurs pour les aider. Si il ne gèle pas, vous pouvez aussi leur proposer des fruits frais : oranges, pommes font leurs délices. L’eau est aussi un élément important quand il gèle. Proposez leur de l’eau pure !!Ne mettez ni sel, ni antigel, ni vinaigre dans l’eau. Rien de pire pour nos amis les oiseaux..Pensez simplement à remettre de l’eau tous les jours. Vous verrez …les oiseaux auront vite retenu votre horaire !!

Encore une précaution importante : n’oubliez pas de mettre toute la nourriture et l’eau hors de portée des chats.

Read more

Trucs§ astuces : La pyrale du buis

Les buis sont attaqués de tout part pour le moment… les maladies fongiques qui désèchent les rameaux …et maintenant la pyrale du buis et ses chenilles dévoreuses.

La pyrale c’est quoi??

Pour bien lutter contre cet insecte, il faut d’abord le connaître. Il s’agit d’un petit papillon de nuit qui pond ses œufs sur les buis. Les chenilles muent 4 fois pendant leur vie ; Au début elles sont minuscules (3mm) et elles se contentent de ronger la surface de la feuille. Au 2ème stade, elles deviennent plus voraces ; et vous commencez à voir plein de fils dans les buis. ; Les buis commencent à sécher, car les feuilles sont rongées des 2 côtés. Au 3ème et au 4ème stades, les chenilles deviennent voraces et mangent tout ce qu’il y a de vert sur les buis. Après 1 mois, les chenilles deviennent adultes et se métamorphosent en papillons. Ce cycle continuent sans arrêt de mars à novembre environ suivant la météo. Ne croyez pas que ce gentil papillon va disparaître avec l’hiver, ce serait trop simple. Avec l’arrivée des froids de l’hiver, le rythme se calme. Une bonne partie des chenilles du stade 3 et 4 vont mourir. Les plus jeunes chenilles vont se tisser un joli cocon pour passer l’hiver et reprendre en mars-avril, et les chrysalides vont attendre tranquillement le mois de mars/avril pour éclore.

Le papillon a environ 3 cycles de reproduction : en avril( parfois en mars, si la température dépasse 10°c), en juin-juillet et en septembre (si il fait chaud également en octobre). Dès que les petites chenilles vertes sont là, le buis est dévoré…avant que vous ayez le temps de vous rendre compte de quelque chose. Le moment idéal pour lutter contre contre la pyrale est d’agir sur les chenilles. Il faut donc traiter les chenilles.  Commencez par contrôler régulièrement la plante, si possible tous les jours, surtout au printemps, pour éviter les générations suivantes, et avant les périodes actives de la chenilles. Si les chenilles sont décelées à un stade précoce, la lutte a plus de chance de succès. La pulvérisation avec le Conserve ( à base de Spinosad, compatible avec l’agriculture biologique) est extrêmement efficace. Traitez de préférence quand la température atteint 15° pour que les chenilles soient en pleine activité, et de préférence le soir, pour préserver les abeilles. Pulvérisez bien les intérieurs des buis, jusqu’au point de ruissellement. C’est un insecticide de contact vous devez donc toucher la chenille. Recommencez tous les 8 jours pour être sur d’éliminer toute la génération de chenilles. Ensuite, il faut s’équiper d’un piège à phéromone pour surveiller d’autres infestations. La raison pour laquelle je vous conseille un insecticide biologique spécifique chenille, est que celui-ci va mieux préserver les prédateurs des chenilles comme les mésanges, qui sont d’une grande aide dans la lutte contre tout type de chenilles.

Pièges à phéromones

Il faut essayer d’agir sur le papillon pour empêcher les pontes suivantes… Pour cela le piège à phéromones fonctionne bien. Il permet surtout de détecter la présence du papillon dès le printemps (ce qui permet d’anticiper la présence de chenilles…) ,et aussi d‘attirer tous les papillons mâles pour empêcher la reproduction. Si la présence de papillons est détectée, la lutte doit être impérativement complétée par une pulvérisation de Conserve sur les chenilles dès qu’elles arrivent.

Vous pouvez aussi compléter le traitement en utilisant les purins d ‘orties, fougères et consoude en mélange (dilution 50 ml de mélange des 3 purins pour 1 litre d’eau) qui  a un effet répulsif sur les insectes…

En homéopathie,

certains préconisent un arrosage du pied des buis avec une solution de Psorinum 30K. Dissoudre 5 granules dans 500ml d’eau. Laisser fondre, puis dynamiser la préparation en  agitant le liquide pendant 1 minute. Ensuite, rediluer les 500ml ainsi préparés dans 5 litres d’eau. Arroser copieusement le pied des buis.N’ayant pas subi d’attaque l’an dernier, je ne peux confirmer l’efficacité; mais les rapports sur internet, particulièrement en Suisse, ainsi que chez certains en Belgique, sont très encourageants. Le seul point noir du traitement est qu’il fonctionne en arrosage. Il faut donc soulever des « kilos » d’eau. En homéopathie également, une firme allemande Narayana a développé une solution homéopathique à base de  Cydalima perspectalis 6D . Les retours sur internet en Allemagne et en France, sont assez convaincants.

Vous pouvez aussi pulvériser les buis avec une solution aqueuse répulsive, en vente au magasin, à base d‘huiles essentielles qui perturbera l’odorat du papillon. Cette solution est aussi efficace dans la luttes d’autres ravageurs. Vous la trouverez chez Jardiflore.

Vous pouvez aussi insérer quelques branches de romarin dans votre buis, dont l’odeur trompera la pyrale. Chaque fois que je taille une plante odorante , je dispose les rameaux dans les buis ou au potager dans les choux. Si cela fonctionne pour les choux, cela devrait fonctionner pour la pyrale !!!

Soigner mon buis

Le buis ayant été attaqué par la pyrale, n’est pas pour autant condamné à mort. Même les plants ayant été rongés au printemps et/ou en été développent de nouvelles pousses après huit semaines. Un apport d’engrais et d’eau (si le temps est sec surtout en été) est bien sûr nécessaire. Beaucoup de buis ont péri l’été dernier faute d’un arrosage suffisant, dépérissement dont ni la pyrale, ni les maladies fongiques n’étaient la cause.

Bonne chasse à tous !!!

Read more

Trucs§ astuces : Lutter contre les chenilles du chou

Les chenilles qui dévorent nos choux, sont issues du papillon blanc que l’on voit tournoyer autour de nos potagers. Il s’agit de la piéride du chou. Attirée par l’odeur des choux, la piéride pond ses oeufs sur les feuilles des choux ( de toutes les variétés…elle aime tout !!!). Lorsque les oeufs éclosent, ils se transforment en redoutables chenilles  très voraces, qui s’attaquent illico aux feuilles de nos choux. Donc pour lutter contre les chenilles, il faut d’abord éloigner le papillon; et perturber son odorat. Ce faisant, vous l’empêchez de trouver vos choux et d’y pondre ses oeufs…

Des plantes compagnes répulsives.

Un des premiers trucs est d’utiliser les plantes compagnes du chou. Le céléri est tout particulièrement adapté,car son odeur masque l’odeur du chou. La tomate aussi est une grande aide. Vous pouvez aussi utiliser les gourmands de vos tomates en paillis au pied des choux .L’odeur de la tomate brouillera les pistes de façon très efficace !!! Mais bien parfois, lors des années chaudes et sèches, cela ne suffit pas. Utilisez aussi le souci, la consoude, les cosmos, le tabac, la tagète (dont les propriétés nématicides sont excellentes !!!)… et aussi toutes les aromates : thym, aneth, lavande sont bien adaptés. Tout ce que je taille en été et qui est odorant, part directement au potager près des choux : thym, fleurs de lavande fanées, branches de thym, tailles de la plante à curry (helichrysum), branches de romarin…etc…L’important est de brouillé les pistes et l’odorat du papillon !!!

Les huiles essentielles.

Nous disposons maintenant de mélanges spécifiques d’huiles essentielles, qui ont un effet répulsif et curatif sur la plante. Facile à pulvériser, vous pouvez les utiliser tous les 15 jours. C’est leur odeur qui éloignera le papillon..

Les purins

Les purins et décoctions sont aussi d’un grand secours. la décoction d’aïl et le purin de fougères fonctionnent bien. En pulvérisation tous les 15 jours, ils masquent l’odeur du chou, et éloignent les papillons. Vous pouvez aussi préparer un purin de feuilles de sureau ou un purin de feuilles de tomates ou même de feuilles de rhubarbe. C’est toujours la même technique :  faites macérer 1 kg de feuilles et de tiges dans 10 litres d’eau pendant une semaine, puis filtrez. N’oubliez de diluer le purin à 20% dans l’eau !!!

Les filets anti insectes

Si vous avez une grande surface, vous pouvez aussi utiliser le filet anti insectes. Avec sa maille extrêmement fine, il laisser passer la lumière et l’eau.

Insecticide bio

Si vous n’en sortez pas, vous pouvez utiliser le pyrèthre biologique ou le Conserve. Tous deux autorisés en agriculture biologique, ils vous aideront si vous êtes dépassés par le nombre de chenilles. Toutefois, certains insectes auxiliaires sont parfois aussi touchés. C’est la raison pour laquelle je vous conseille de tester d’abord les autres solutions; et de garder celle ci en réserve… si vous êtes dépassés par la situation !!!

Découvrez ici notre recette de choucroute maison !!

Read more

Trucs § astuces: lutte contre les pommes véreuses.

Si vous êtes confronté chaque année au problème des problèmes des pommes véreuses, il existe des solutions. Il faut d’abord comprendre d’où vient le problème.
Il s’agit du carpocarpse de la pomme. C’est un papillon nocturne qui vole au crépuscule, et donc vous ne le voyez pas. Le papillon pond ses œufs sur le fruit, le plus souvent à la racine du pédoncule, ou sur la mouche. La larve pénètre rapidement dans le fruit jusqu’aux pépins, et s’installe.  Une fois repue, elle quitte le fruit, descend dans le sol ou se niche dans une anfractuosité de l’écorce. Elle hiverne et se transforme  dès lors en papillon. Il peut y avoir 2 (ou 3) générations de papillons, suivant la région ou la météo plus ou moins chaude. Le carpocapse s’attaque aux pommes, aux poires, et plus rarement, aux cognassiers ou aux noyers.

Les dégâts sont rapides : les fruits, pommes ou poires, tombent prématurément et sont véreux. L’épiderme du fruit présente un tout petit orifice entouré de sciure brune, point de pénétration de la larve qui gagne le cœur du fruit en creusant une galerie. Lorsque que vous hivernez vos fruits, écartez impitoyablement les fruits avec une petite tache brune, signe de la présence (ou de l’ancienne présence) de larves. Utilisez ces fruits en compote ou en jus.

Traitement préventif biologique

Le mieux est d’utiliser des pièges à phéromones posés dans les arbres. Ceux-ci piègent les carpocapses mâles, ce qui limite la fécondation et la ponte des papillons femelles. Ces pièges peuvent suffire à limiter l’attaque, mais il convient de les installer au alentour du mois de mai, quand la température est meilleure (parfois en avril si la météo est très chaude) . Vous pouvez aussi compléter le dispositif avec des bouteilles, du genre piège à guêpes,  ( que vous pouvez créer avec des anciennes bouteilles en plastic) , que vous remplissez de vinaigre de pommes pour attirer les carpocarpses.

Autre mesure préventive pour limiter le nombre de larves : la pose en automne d’un manchon de carton ondulé à la base du tronc pour piéger les larves descendant à la base du tronc pour y passer l’hiver. Détruire le carton en le brûlant.

Traitement à base d’huiles essentielles

Nous disposons aussi en magasin d’un mélange d’huiles essentielles, avec un effet  répulsif réel sur les insectes. Mais si les arbres sont très grands, la pulvérisation s’avère plus difficile.

Traitement biologique

Si le nombre d’insectes adultes piégés par le piège à phéromones est trop important, vous pouvez utiliser un traitement avec un insecticide naturel (par exemple à base de pyréthrines naturelles) qui aura le plus d’efficacité pour détruire les papillons.

Vos alliés

Vos meilleurs alliés dans la lutte contre ces larves, sont les mésanges qui vont manger les oeufs au fur et à mesure, et les perce -oreilles.

Chaque insecte nécessite son propre piège à phéromones. Vous pouvez aussi utiliser les phéromones pour les cerises véreuses.

Read more

Trucs § astuces : réussir ses tomates en serre.

Pour bien réussir ses tomates en serre, d’abord bien engraisser le sol de la serre chaque année avec un bon engrais organique. La tomate est un légume fruit très vorace, et si elle ne trouve ses nutriments dans le sol, elle sera chétive et malade.

En Belgique, suivant votre région, pas de plantation avant le mois de mai (à moins de disposer d’une serre chauffée). Ici à Marche en famenne, suivant la météo, la plantation se fait aux environs du 10/15 mai.  Car la serre doit rester bien ventilée… et si il fait trop froid, ce n’est pas possible!! Toutefois, les tomates sont souvent plus productives en serre ou sous abri, les étés belges étant souvent capricieux !!

Et cela rejoint le troisième point, tout aussi essentiel , bien assurer la ventilation de la serre. Nuit et jour la serre doit être bien ventilée. A vous de doser suivant la température !! Si vous laissez la serre fermée, l’humidité produite par la terre et la plante propagera rapidement oidium et mildiou.

Le quatrième point est le paillage. Que cela soit avec de la paille, du lin, du chanvre, le paillage assure une humidité constante du sol, et empêche la prolifération des mauvaises herbes. Mais n’utilisez que des paillages bien décomposés…la tomate ne supporte pas une feuillage en décomposition sur son pied.

Et puis l’arrosage !!! AAAh l’arrosage…Si vous disposez d’un petit tuyau microperforé, vous pourrez le disposer au pied de vos tomates. Sinon, vous arroserez au pied de la tomate, en prenant garde de ne pas mouiller le feuillage pour éviter les maladies. Quand à la quantité et la fréquence, elles dépendent de la météo..C’est donc au jardinier de vérifier l’état de la terre, qui doit rester humide, mais jamais trempée !!!

Deux semaines après la  plantation, vous pourrez arroser vos tomates en ajoutant à l’eau un purin d’orties/consoude avec  une dilution de 5%. Vous pourrez renouveler l’opération  toutes les 6 semaines.
N’oubliez pas de tailler les gourmands aux aisselles des branches. Vous pouvez utiliser les tailles de gourmands sur vos plantes de choux pour éloigner la piéride du choux. Dérangés par l’odeur de la tomate, le papillon ne trouvera plus vos plants de choux. La tomate aime la compagnie du persil et des poivrons.

Utilisez aussi les plantes compagnes : planté près des tomates, le basilic aide à la protection des tomates contre les maladies. La tagète quant à elle, protège des nématodes (petits vers du sol).

Nous disposons désormais d’un produit homéopathique pour renforcer toutes les plantations: associé aux huiles essentielles contre les maladies, et contre les insectes, ce produit renforce considérablement la résistance des tomates. N’hésitez pas à l’essayer!!

Read more

Trucs § Astuces : lutte biologique contre les limaces.

Même si la limace est vraiment un prédateur majeur au jardin et au potager, elle a aussi un rôle biologique à jouer. Principalement, elle digère la matière végétale morte; Elles mangent aussi des champignons , et contribuent ainsi à distribuer les myccorhyses. Vous pouvez donc leur fournir une bonne matière avec votre compost…c’est la raison pour laquelle, le compost ne doit pas se trouver à côté du potager. Vous pouvez aussi encourager la biodiversité au jardin, et y faire venir des prédateurs de limaces (les poules, les hérissons, les pies,les canards coureur indien, les carabes, les staphylins) , ou installer un tas de bois qui se décompose, à l’ombre et au frais, pour offrir un abri aux carabes et aux staphylins, ou même créer un mare pour héberger des grenouilles. Il existe de nombreux produits biologiques pour vous aider .

Tous les jardiniers sont confrontés au problème des limaces; et je ne prétends pas avoir une solution miracle. Mais je vous propose plusieurs pistes pour lutter naturellement contre les limaces , que ce soit les grosses limaces brunes ou les petites noires.

1.- L’utilisation de granulés biologiques à base de ferramol est un must au jardin biologique. Le ferramol n’est pas toxique pour les hérissons, les oiseaux, et pour toute la petite faune du jardin, qui reste votre meilleur allié. Il faut cependant bien comprendre l’utilisation des grains. Le granulé pour limaces fonctionne à partir de l’odorat de la limace. Le grain contient un attractif qui attire forcément la limace sur « le » granulé. Il ne sert à rien de retourner toute la boîte, ou de créer des « barrages » ou des « murs » de granulés.  Ce faisant, l’odeur puissante de cette énorme quantité de granulés, va attirer toutes les limaces du quartier; et donc, il y aura toujours bien une seule limace qui arrivera jusqu’à la salade. De plus, à la première pluie, les grains vont se colmater et perdre de leur efficacité. Il faut donc respecter scrupuleusement le dosage préconisé par le fabricant, même si cela paraît peu de chose. Et ensuite épandre les granulés à la volée. En fonctionnant comme cela, vous constaterez une bien meilleure efficacité du produit…. et la limace qui passera, attirée par l’odeur de votre salade, ira systématiquement sur les granulés,dont l’odeur est plus attractive pour elle…De même, si vous utilisez des grains de ferramol pour protéger vos jardinières, disposez les grains sous le pot ou sous la jardinière, pour éviter d’attirer tout le monde dans vos plantes.

2,- L’utilisation des pièges à bière est un bon complément, mais uniquement si vous diluez la bière avec de l’eau. Sinon, comme la limace fonctionne à l’odorat, vous risquez d’attirer toutes les limaces du quartier !!! Le piège à bière permet surtout d’attirer les limaces dans un autre endroit du jardin, là où elles ne risquent pas de causer de dégâts. N’oubliez pas de vider régulièrement le piège.

3,- L’utilisation de tuiles en terre ou de pots en terre. Vous pouvez disposer dans votre potager des tuiles en terre ou des pots en terre. Les limaces iront s’abriter pour chercher la fraîcheur. Il ne vous restera plus qu’à les ramasser le matin, et les détruire.

4,- Ne placez jamais le compost à côté du potager. La limace est utile dans le tas de compost dont elle facilite la décomposition. Elle quitte le tas de compost quand il n’y a plus rien à digérer, et va se promener ailleurs .

5,- Le fil en cuivre est aussi bien utile. Pour protéger vos pots, ou potagers hauts, vous pouvez entourer ceux-ci d’une bande de cuivre. Celui-ci est un excellent répulsif pour les limaces. N’oubliez pas de compléter au départ votre protection en cuivre par quelques grains de ferramol ( en respectant scrupuleusement les dosages !!) Car, bien souvent, les limaces sont « enfermées » dès le départ dans le pot, et elles continuent leurs dégâts en toute impunité.

6,- Les pierres de lave ou de pouzzolane sont particulièrement intéressantes au jardin d’ornement. Autour des hostas, des delphiniums, et des lupins, elles font merveille, car la limace n’aime pas glisser sur les cailloux rugueux.Comme bien souvent les limaces sont attirées par la jeune plantule, vous pouvez  également coupler la barrière de lave avec quelques grains de ferramol. Dans le même ordre d’idée, vous pouvez essayer les coquilles d’oeufs concassées, le paillis de fougères, et  la cendre ( mais qui,une fois mouillée, perd de son efficacité).

7,- Le marc de café est aussi un excellent répulsif pour les limaces. Vous pouvez épandre du marc de café autour de vos jeunes plantes : les limaces n’aiment ni l’odeur,ni la texture du marc de café. Par ailleurs, le marc de café est un excellent engrais qui se décompose facilement au pied de vos plantes.

8,- Les granulés homéopathiques de Hélix Tosta 30 K sont également d’une bonne efficacité sur les jeunes plantes. Faire fondre 5 granulés dans 1/2 litre d’eau. Ensuite, dynamiser la préparation en  agitant la  bouteille bien fermée pendant 1 minute complète. Vous pourrez ensuite diluer le 1/2 litre ainsi préparé dans 5 litres d’eau. Si vos jeunes plantules ne sont pas encore plantées, arrosez les avec la préparation, et plantez les ensuite au jardin.  Si les limaces persistent, vous pouvez les pulvériser encore une fois.  En cas de fortes pluies, vous pouvez renouveler la pulvérisation. Mais évitez de pulvériser systématiquement, car en cas d’excès , les effets s’inversent…. et vous risquez d’attirer à nouveau ces gastéropodes gourmands.

9,- Les nématodes sont des micro vers qui pénètrent dans la limace, et la  tuent. Attendez que la température soit clémente, et que la terre soit chaude ( à partir du mois de mai) pour pulvériser votre jardin avec de l’eau dans laquelle vous avez dilué les nématodes. Les nématodes ne se conservent pas longtemps, et doivent être commandés au dernier moment. Il est très important de choisir la quantité de nématodes adaptées à la surface de votre jardin, sinon les nématodes ne seront pas efficaces; et de bien respecter le mode d’utilisation.Vu les quantités, l’utilisation des nématodes convient particulièrement aux petits potagers, aux petits jardins et aux jardins clos par des murs. Pour les grandes surfaces, leur utilisation doit être complétée par d’autres moyens de lutte.

10.- Le  purin de rhubarbe est un excellent répulsif contre les limaces; mais il doit être renouvelé  régulièrement en cas de forte infestation ou de grosses pluies. La recette est la suivante : prélevez 200 g de feuilles pour  réaliser 1 litre de solution. Mettez les 200 g de feuilles de rhubarbe dans 1 litre d’eau. Laissez macérer pendant 24h minimum, idéalement pendant 48h. Filtrez puis mettez la solution dans votre pulvérisateur. Pulvérisez sur les feuilles des plantations à protéger des limaces.

Bonne chasse à tous… et tenez moi au courant de vos essais et tentatives… cela permettra à tout le monde de bénéficier de l’information.

Read more

Trucs § astuces : Le Paillage du sol

Au jardin ou au potager , le paillage consiste à couvrir le sol, autour des plantations, avec des paillis constitués par différents matériaux d’origine naturelle organique ou minérale. L’homme reproduit ici ce qui se fait naturellement sur un sol forestier.

Quand la terre est nue, l’évaporation est très importante. Les végétaux aussi transpirent beaucoup par le feuillage ou par leurs racines qui sont échauffées. Cette technique permet de réduire les arrosages d’environ 40 % . Lors des pluies, le paillage se comporte comme une éponge : il évite le ruissellement trop rapide des eaux et le ravinement de la terre. La pluie ne peut plus marteler ou damer la terre, et le paillage garde la terre meuble et fraîche

. Les racines des plantes peuvent ainsi continuer leur croissance dans une terre bien meuble. Et le jardinier évite de nombreux binages. Comme la terre reste meuble, le paillage permet à la terre d’absorber même une faible pluie, car il n’y a pas de formation d’une croûte dure en surface.

Sans lumière, les mauvaises herbes ne peuvent ni germer, ni se développer. Toutefois, le paillage doit être épandu sur un sol propre et désherbé. Sinon les grosses racines reperceront allègrement  à travers tout.  Mai, si le sol a bien été nettoyé, la repousse sera beaucoup moindre. Les mauvaises herbes restantes s’épuiseront progressivement…et les désherbages réguliers à la binette n’auront plus lieu d’être.

Progressivement les paillis organiques vont se décomposer, et se transformer en humus, élément capital dans la fertilité des sols. La fertilité du sol en sera grandement favorisée. Tous ces avantages auront des conséquences visibles sur la croissance des végétaux : moins de stress dûs au manque d’eau et une terre bien meuble et oxygénée.

Paillis pour plantations d’arbres, arbustes et vivaces

Ce sont des paillis à longue durée de vie (plus de 3 ans) . Ils ne sont pas adaptés à une utilisation au potager car tout travail du sol nécessiterait au préalable un ratissage du paillis.

Les écorces de pin des landes
L’écorce de pin des landes a un PH neutre ; et donc elle n’acidifie pas le sol. Évitez absolument les écorces d’épicéa qui sont beaucoup, beaucoup trop acides : dans une sapinière, rien ne pousse hormis les ronces, les sapins et un peu de genêt…

Tailles de haies, d’arbres et d’arbustes broyées pré-compostées
Le mélange du jardin est une belle option, pour autant qu’il n’y aie pas de résineux. On peut les utiliser au jardin d’ornement, au potager, au verger. C’est un excellent paillis qui enrichira le sol en humus. N’oubliez pas de les laisser se composter environ 6 mois avant l’emploi, pour éviter chaleur et jus du compostage.

La cosse de cacao

Même si sa durée de vie est plus courte (environ 3 ans), la cosse de cacao est particulièrement adaptée aux rosiers et plantes vivaces. En se dégradant, elle enrichit le sol et l’ameublit. Les rosiers aiment particulièrement son côté léger et aéré. LA mise en oeuvre est très facile…c’est tellement léger !! Toutefois, n’oubliez pas d’arroser immédiatement les cosses de cacao pour les solidifier …faute de quoi, elles s’envoleront!! Une fois mouillée, les cosses se « colmatent » définitivement.

Paillis pour potager ou annuelles.

Ce sont des paillis  à cycle court. De cette façon, ils se décomposent, enrichissent la terre.. Ces paillis peuvent être incorporées à la terre.

Les engrais verts

Les engrais verts peuvent être semés dès qu’une culture se libère au potager. En couvrant le sol, ils enrichissent aussi votre parcelle. Découvrez ici les différents engrais verts.

Les tontes de gazon doivent être utilisées en fines couches (environ 6 cm max). Une trop grosse couche provoque une chaleur excessive et un effet étouffement du sol!!!

Les paillettes de lin et les paillettes de chanvre conviennent particulièrement bien pour le potager; car elles enrichissent bien le sol.Bon à savoir…les paillettes de lin ont un effet répulsif sur les doryphores

Les feuilles mortes peuvent être déposées au pied des végétaux . Ce paillis est de décomposition rapide, et est plutôt acide. Veillez donc à l’alterner avec d’autres paillis plus neutres. Il convient pour le potager, et aussi pour les arbres et arbustes. Toutefois , les petites plantes vivaces n’aiment pas une grosse couche de feuilles qui les privent d’air et de lumière. Attention!! Evitez les feuilles de noyer qui ont un effet herbicide

Les cartons peuvent aider à pailler les légumes au potager. En se décomposant, ils attirent les vers de terre, et enrichissent l’humus du potager.

La paille , le foin sont aussi des paillages de rêve pour les potagers.

Le paillage de fougères sèches est un bon plan anti limaces autour des salades..

La durée de vie des différents paillis organiques

  • de 5 à 10 ans : Écorce de pins, copeaux de bois broyés du jardin
  • de 2 à 3 ans : Écorce de feuillus, paillette de lin, coques de cacao.
  • Environ 1 an : Suivant leur calibre, la paille, les feuilles.
  • Quelques semaines : Les tontes de gazon

Là où le paillage n’et pas possible, il vous restera la lutte biologique contre les mauvaises herbes ou la binette…

Read more

Trucs § Astuces : L’entretien du gazon au printemps

Le printemps est là,,, et le gazon commence à pousser.  Il est temps de faire un entretien de printemps pour votre pelouse.

Si vous ne l’avez pas encore fait, il est grand temps de ratisser les feuilles mortes qui recouvrent encore la pelouse; et de les évacuer sur le tas de compost, ou  de les utiliser dans un massif comme paillage.

Dès le mois de mars, faites un apport d’engrais organique, pour favoriser le développement des racines du gazon affaiblies au sortir de l’hiver et après les sécheresses estivales. Cela permettra, de façon indirecte, de lutter aussi contre la mousse. Choisissez un engrais adapté pour les robots de tonte si besoin.

Ensuite , nous pourrons traiter le problème de la mousse. La scarification apporte une très bonne aération du terrain, et élime mousse, déchets, feutrage. C’est donc excellent pour la pelouse… mais ce n’est pas suffisant. Il faut supprimer les conditions de croissance de la mousse. Contrairement à ce que l’on pense en général, l’ombre n’est pas le problème principal à l’apparition de la mousse. Il s’agit d’abord d’un PH trop acide qui favorise l’apparition du mousse au détriment des graminées. Ensuite c’est l’ appauvrissement du sol, car le gazon est un gros consommateur d’engrais… et le jardinier n’y pense pas souvent !! IL faut donc d’abord corriger le PH du sol avec un épandage de chaux pour gazon, qui vous permettra de lutter indirectement contre la mousse. Et ensuite, si ce n’est pas encore fait, apporter de l’engrais organique pour stimuler la pousse des graminées au sortir de l’hiver.

Dès qu’il fait moins froid (environ 15°c), en avril, vous pourrez retravailler certaines parties dénudées de la pelouse, les gratter en surface, épandre un peu de terreau, puis semer des graines de Gazon Regarnissage .

Quand le temps est sec, si le gazon atteint une hauteur de 6-7 cm, vous pouvez ressortir la tondeuse pour une première tonte .Même si vous utilisez un robot ou un système de mulching, il est souvent préférable d’effectuer cette première tonte avec un ramassage.

Bon travail !!!

Read more

Trucs § Astuces : La lutte biologique contre les mauvaises herbes

Le glyphosate a disparu ainsi que de nombreux herbicides toxiques…et c’et une bonne chose.  Nous devons donc réorganiser nos jardins.
Dans les parties cultivées comme les massifs et les bordures, il faut organiser son travail. La première chose, c’est de pailler les massifs. Le paillage va diminuer, retarder (voire supprimer pour certaines) la pousse des mauvaises herbes. La deuxième possibilité est d‘utiliser les plantes couvre sol pour « couvrir le sol » bien sûr,et limiter ou diminuer la pousse des mauvaises herbes . Il existe de multiples possibilités de plantes, très décoratives, fleuries, ou persistantes, qui peuvent convenir à cet usage.

Ensuite, il reste les parties inertes du jardin, chemin, terrasse, graviers, allées. C’est dans ces endroits que vous pourrez utiliser l’acide pélargonique. Ecostyle a développé depuis plusieurs années un produit bien connu dans les jardins biologiques : l’ULTIMA . L’acide pélargonique est une substance active présente dans la nature.   Elle peut être d’origine animale ou végétale.   Puisqu’il est présent dans la nature, l’acide pélargonique est également considéré comme une substance naturelle qui se transforme rapidement et complètement en élément qui retournera dans la nature.  Après l’application sur des plantes vertes, cette substance active détruit la membrane cellulaire verte et entraîne un écoulement du contenu des cellules végétales.  Il en résulte un dessèchement rapide et total du tissu végétal.

Quelques conseils pour bien utiliser le produit :

  1. Ultima Quick est un herbicide de contact. Veillez à bien toucher toutes les parties de la mauvaise herbe.
  2. Attaquez-vous aux mauvaises herbes lorsqu’elles ont au maximum la taille d’un poing. Si elles sont plus grandes, enlevez-les manuellement ou tondez-les d’abord avant de les traiter.
  3. Il ne sert à rien d’appliquer Ultima Quick aux endroits sans mauvaises herbes. L’herbicide ne fonctionne que par contact sur des herbes déjà germées.
  4. Appliquez le produit par une température minimum de 14 à 15°c. Le produit est encore plus rapide et efficace par une température élévée (20°c)

Faites particulièrement attention aux conseils de dosage. Les acides pélargoniques doivent être utilisés à un dosage plus élevé que le glyphosate.  Ultima Quick : Dissoudre 170 ml dans de l’eau pour obtenir 1 l de produit.

Par contre l’acide pélargonique présentent certains avantages par rapport au glyphosate :

  1. Contrairement au glyphosate, l’acide pélargonique peut combattre les mauvaises herbes et la mousse en même temps.
  2. Avec Ultima Quick, il est possible de traiter des mauvaises herbes sous des arbustes d’ornement.  Dans ce cas, utilisez un capot de protection pour ne pas toucher les parties vertes des plantes.
  3. Il est possible de combattre les mauvaises herbes tenaces comme la salicaire et l’herbe aux goutteux à condition de répéter l’application.
Read more

Trucs § astuces : lutte naturelle contre les doryphores.

Voici mon expérience dans une lutte sans merci contre les doryphores !! Après avoir subi 4 années d’invasion sans fin de ces bestioles….après avoir ramassé, écrasé, noyé des milliers d’insectes….. C’est en 2018 que j’ai essayé de changer ma lutte contre les doryphores….et ça a marché !!!! Voici un explicatif complet de mon plan de bataille :

1.- Tout d’abord, si vous avez eu des doryphores l’an dernier, la lutte commence dès que vos plants de pommes de terre germent.  Car le doryphore sort de terre en même temps que la pomme de terre.  Donc vous devez dès le départ détruire tous les doryphores adultes  ainsi que les grosses larves que vous ramassez. C’est assez facile , car il y a peu de feuillage, et le doryphore est bien visible. Ramassez les tous les 2 jours pour éviter qu’ils ne puissent se reproduire.

2.- Ne pas pulvériser d’insecticide, même du pyrèthre bio. Car le pyrèthre, même si il est biologique, est un insecticide, et donc tue les insectes. Car ce faisant, vous éliminez les coccinelles qui sont vos meilleurs alliés.  Les coccinelles mangent les œufs et les larves  des doryphores quand elles sont encore petites. SI vous voyez une coccinelle sur un plant, retournez les feuilles et vous trouverez probablement des œufs à détruire.

3.- Utilisez un tube de granulés homéopathique Doryphora decemlineata 30 K.  Faites fondre 10 granulés avec 1 litre d’eau dans une bouteille. Quand les granulés sont fondus, dynamisez le liquide en secouant fortement la bouteille fermée pendant 1 minutes. Vous pouvez ensuite diluer la préparation dans un pulvérisateur bien propre et rincé, avec 10 litres d’eau . Pulvérisez vos plants de pomme de terre tous les quinze jours maximum par temps sec.  En cas de très fortes pluies, vous pouvez refaire une pulvérisation. N’augmentez pas le dosage ni la fréquence des pulvérisations sous peine d’effet contraire (,-),-)). Le résultat est étonnant…  les doryphores tombent par terre, et meurent.

4.- La pulvérisation ne vous dispense pas de ramasser les doryphores... car il suffit de quelques rescapés pour relancer la ponte…

5,- Si vous avez besoin de petit coup de main, vous pouvez utiliser le produit biologique Conserve. Ce produit compatible avec l’agriculture biologique, détruit les larves , mais uniquement les petites larves. Les grosses larves et les doryphores adultes ne sont pas détruits. D’où l’intérêt du produit homéopathique.

6.- Paillez vos pommes de terre avec des paillettes de lin ou semez du lin qui a un effet répulsif sur les doryphores autour de vos pommes de terre

Essayez vous verrez que cela marche bien…Bonne chasse !!!!

Read more