Skip to main content Skip to search

Archives for Astuces & trucs

Trucs et astuces : Les brocolis en hiver…

Les brocolis

La saison des brocolis bat son plein. L’été humide leur convient à merveille : peu de chenilles, une belle racine et des pommes superbes ! Mais après la première coupe du brocoli, nous aimons tous prolonger la récolte..Voici mon truc pour manger des brocolis encore en hiver

Résistant en hiver

Le brocoli est très résistant au froid…pas autant que le chou de Bruxelles, mais quand même!! La plante est capable de survivre sous la neige et lors de grosses gelées. Nous allons donc utiliser cette capacité pour prolonger la récolte !

Prolonger la récolte

Après avoir coupé la pomme principale, située au centre de la plante de chou brocoli, laissez toujours votre plante en place. La saison est encore douce, et la plante va continuer à se développer. Elle va rejeter aux aisselles de ses larges feuilles…et vous verrez alors apparaître des petites pommes de brocolis sur le pourtour de la plante. Je laisse toujours au moins 5 à 6 plantes de brocolis en place pendant l’hiver, car elles vont m’assurer une production, certes irrégulière, mais bien réelle de brocolis. Suivant la température et l’ensoleillement, je récolte ainsi plusieurs fois des portions de brocolis !!

Read more

Trucs et astuces : Les engrais verts

C’est quoi un engrais vert ?

Un engrais vert , c’est une plante que l’on sème, après la culture en automne , ou avant la culture au printemps, pour enrichir le sol. Leur propriété principale est  de fixer l’azote dans le sol par leur racines. Mais, l’engrais vert a aussi de multiples avantages. Avant la nouvelle culture, on fauche l’engrais vert  ou on le broie; et ensuite on l’incorpore dans le sol.

Les avantages ? Ils sont nombreux!

Pour entretenir la terre du potager, rien de tel que d’essayer de couvrir la terre en permanence ; car une terre nue est soumise aux intempéries. Les pluies denses vont lessiver le sol, et entraîner les nutriments par le ruissellement. Cela appauvrit le potager. Le soleil, quant à lui, désèche la terre et forme une croûte qui empêche l’eau d’entrer. La terre nue est aussi livrée à l’invasion des adventices (mauvaises herbes). Profitez donc  qu’une planche de culture se libère, et couvrez le sol avec un engrais vert. La plante va pousser, couvrir le sol, et l’enrichir par ses racines qui fixent les nutriments ou en apportent de nouveaux dans votre sol.  Vous nourrirez ainsi le sol pour la prochaine culture.

Que choisir ,

Essayez de varier vos engrais en fonction de vos cultures…si vous avez mis des choux à cet emplacement cette année, préférez un engrais qui ne soit pas de la famille des crucifères (choux,radis, navet), plutôt la phacelie, le trèfle….Après des pommes de terre, rien de tel qu’un bon semis de moutarde qui recouvrira le sol et l’enrichira pour l’an prochain.

Les différents engrais verts

Le trèfle incarnat est aussi une variété intéressante et se sème généralement après les cultures d’été. Préférez le au trèfle blancs; car le trèfle blanc est vivace, et il a tendance à s’installer un peu trop bien!  Il fixe l’azote de l’air au niveau de ses racines, et son système radiculaire décompacte le sol. Il sera fauché en Mars/Avril et une culture de printemps pourra suivre.Il a l’avantage de ne pas être une variété vivace contrairement aux autres trèfles. Ainsi une fois coupé à ras terre il ne repoussera pas (ou très peu).

Le sarrazin, lui , ne peut pas être utilisé comme engrais vert en hiver, car il craint le gel. Il nourrit le sol en azote et phosphore. Son pouvoir couvrant est excellent, et il supporte une terre un peu acide.

Le seigle a un système racinaire très dense et profond. Il est résistant au froid et aux gelées et supporte les terres pauvres. Il peut se semer tardivement, jusqu’en Octobre/Novembre. Les céréales sont souvent associées avec une légumineuse, pour combiner plusieurs avantages .Les céréales aèrent et le sol en profondeur avec leur système racinaire puissant; alors que les légumineuses structurent le sol en surface. L’utilisation de plusieurs espèces concurrence mieux les mauvaises herbes.

La moutarde fixe l’azote dans ses racines, et lors de l’enfouissement, enrichit considérablement le sol. Elle peut se semer avant l’hiver ou au printemps, de mars à octobre, car elle résiste au gel. De la famille des crucifères, comme les choux, il vaut mieux mieux ne pas la semer à des emplacements où vous avez cultivé vos choux, radis, navet.. Préférez lui un autre engrais qui apportera des nutriments différents.

La phacélie est une petite merveille quand elle fleurit ! Elle se couvre de fleurs bleues qui sont un bonheur pour les insectes et attirent les pollinisateurs. De croissance rapide, elle renouvelle les éléments nutritifs du sol, et augmente la flore microbienne du sol. Elle se sème en septembre ou octobre ou au début du printemps en avril dès que le sol est un peu réchauffé. Son pouvoir de recouvrement est très bon, et elle limite la propagation des mauvaises herbes.

 

N’hésitez à mélanger les engrais, et à couvrir les petites surfaces au fur et à mesure qu’elles se libèrent.

Read more

Trucs§ astuces : La pyrale du buis

Les buis sont attaqués de tout part pour le moment… les maladies fongiques qui désèchent les rameaux …et maintenant la pyrale du buis et ses chenilles dévoreuses.

La pyrale c’est quoi??

Pour bien lutter contre cet insecte, il faut d’abord le connaître. Il s’agit d’un petit papillon de nuit qui pond ses œufs sur les buis. Les chenilles muent 4 fois pendant leur vie ; Au début elles sont minuscules (3mm) et elles se contentent de ronger la surface de la feuille. Au 2ème stade, elles deviennent plus voraces ; et vous commencez à voir plein de fils dans les buis. ; Les buis commencent à sécher, car les feuilles sont rongées des 2 côtés. Au 3ème et au 4ème stades, les chenilles deviennent voraces et mangent tout ce qu’il y a de vert sur les buis. Après 1 mois, les chenilles deviennent adultes et se métamorphosent en papillons. Ce cycle continuent sans arrêt de mars à novembre environ suivant la météo. Ne croyez pas que ce gentil papillon va disparaître avec l’hiver, ce serait trop simple. Avec l’arrivée des froids de l’hiver, le rythme se calme. Une bonne partie des chenilles du stade 3 et 4 vont mourir. Les plus jeunes chenilles vont se tisser un joli cocon pour passer l’hiver et reprendre en mars-avril, et les chrysalides vont attendre tranquillement le mois de mars/avril pour éclore.

Le papillon a environ 3 cycles de reproduction : en avril( parfois en mars, si la température dépasse 10°c), en juin-juillet et en septembre (si il fait chaud également en octobre). Dès que les petites chenilles vertes sont là, le buis est dévoré…avant que vous ayez le temps de vous rendre compte de quelque chose. Le moment idéal pour lutter contre contre la pyrale est d’agir sur les chenilles. Il faut donc traiter les chenilles.  Commencez par contrôler régulièrement la plante, si possible tous les jours, surtout au printemps, pour éviter les générations suivantes, et avant les périodes actives de la chenilles. Si les chenilles sont décelées à un stade précoce, la lutte a plus de chance de succès. La pulvérisation avec le Conserve ( à base de Spinosad, compatible avec l’agriculture biologique) est extrêmement efficace. Traitez de préférence quand la température atteint 15° pour que les chenilles soient en pleine activité, et de préférence le soir, pour préserver les abeilles. Pulvérisez bien les intérieurs des buis, jusqu’au point de ruissellement. C’est un insecticide de contact vous devez donc toucher la chenille. Recommencez tous les 8 jours pour être sur d’éliminer toute la génération de chenilles. Ensuite, il faut s’équiper d’un piège à phéromone pour surveiller d’autres infestations. La raison pour laquelle je vous conseille un insecticide biologique spécifique chenille, est que celui-ci va mieux préserver les prédateurs des chenilles comme les mésanges, qui sont d’une grande aide dans la lutte contre tout type de chenilles.

Pièges à phéromones

Il faut essayer d’agir sur le papillon pour empêcher les pontes suivantes… Pour cela le piège à phéromones fonctionne bien. Il permet surtout de détecter la présence du papillon dès le printemps (ce qui permet d’anticiper la présence de chenilles…) ,et aussi d‘attirer tous les papillons mâles pour empêcher la reproduction. Si la présence de papillons est détectée, la lutte doit être impérativement complétée par une pulvérisation de Conserve sur les chenilles dès qu’elles arrivent.

Vous pouvez aussi compléter le traitement en utilisant les purins d ‘orties, fougères et consoude en mélange (dilution 50 ml de mélange des 3 purins pour 1 litre d’eau) qui  a un effet répulsif sur les insectes…

En homéopathie,

certains préconisent un arrosage du pied des buis avec une solution de Psorinum 30K. Dissoudre 5 granules dans 500ml d’eau. Laisser fondre, puis dynamiser la préparation en  agitant le liquide pendant 1 minute. Ensuite, rediluer les 500ml ainsi préparés dans 5 litres d’eau. Arroser copieusement le pied des buis.N’ayant pas subi d’attaque l’an dernier, je ne peux confirmer l’efficacité; mais les rapports sur internet, particulièrement en Suisse, ainsi que chez certains en Belgique, sont très encourageants. Le seul point noir du traitement est qu’il fonctionne en arrosage. Il faut donc soulever des « kilos » d’eau. En homéopathie également, une firme allemande Narayana a développé une solution homéopathique à base de  Cydalima perspectalis 6D . Les retours sur internet en Allemagne et en France, sont assez convaincants.

Vous pouvez aussi pulvériser les buis avec une solution aqueuse répulsive, en vente au magasin, à base d‘huiles essentielles qui perturbera l’odorat du papillon. Cette solution est aussi efficace dans la luttes d’autres ravageurs. Vous la trouverez chez Jardiflore.

Vous pouvez aussi insérer quelques branches de romarin dans votre buis, dont l’odeur trompera la pyrale. Chaque fois que je taille une plante odorante , je dispose les rameaux dans les buis ou au potager dans les choux. Si cela fonctionne pour les choux, cela devrait fonctionner pour la pyrale !!!

Soigner mon buis

Le buis ayant été attaqué par la pyrale, n’est pas pour autant condamné à mort. Même les plants ayant été rongés au printemps et/ou en été développent de nouvelles pousses après huit semaines. Un apport d’engrais et d’eau (si le temps est sec surtout en été) est bien sûr nécessaire. Beaucoup de buis ont péri l’été dernier faute d’un arrosage suffisant, dépérissement dont ni la pyrale, ni les maladies fongiques n’étaient la cause.

Et avec le confinement, je fais quoi???

Si vous avez la possibilité de trouver du Psorinum 30 k en pharmacie, n’hésitez pas !! Sinon, vous pourriez préparer une décoction d’aïl dont l’odeur devrait décourager les papillons. Vous hachez grossièrement 500gr d’aïl dans 5 litres d’eau que vous laissez mariner 10 à 12h.. Arrosez un peu du produit dilué à 10 % (100ml pour 1 litre) au pied du buis ou pulvérisez….A recommencer si il pleut beaucoup !!!Ça  devrait les décourager..

Si vous taillez vos plantes aromatiques ou toute plante odorante, glissez les branches dans vos buis.

Bonne chasse à tous !!!

Read more

Trucs § astuces : Semis d’été au potager

La place se libère avec les premières récoltes

En été, la place se libère au fur et à mesure au potager: pommes de terre, oignons, salades, petits pois, fèves, épinard de printemps vont bientôt être récoltés ou sont déjà récoltés.

Derniers poireaux.

Vous avez encore le temps de repiquer une dernière ligne de poireaux d’hiver. Moi, je les trempe 15 minutes dans un fond d’eau avec du purin d’orties ( dilué à 5%, c’est à dire 50ml de purin pour 1 litre d’eau) et quelques gouttes d’eau de javel (dont l’odeur éloigne la mouche du poireau. N’oubliez pas de  recouper un peu les racines et les pointes des feuilles. Faites un trou bien profond avec un plantoir ou une barre à béton, et enfilez les petits plants dedans.Ensuite arrosez les trous copieusement pour que le trou se bouche de lui même avec l’eau. N’oubliez pas de garder la terre humide pour une bonne reprise des plantes

Choux fleurs d’hiver

J’ai fait l’essai l’an dernier..en plantant des choux fleurs d’hiver en pleine terre…et malgré la neige et le froid, j’ai eu de magnifiques choux fleurs au printemps…je vais donc recommencer cette année..

Navets, betteraves..

Désormais,vous pouvez profiter de la place pour semer des navets ou des choux rave. ou même de la betterave.Dans 2 mois, 2 mois et demi, vous pourrez récolter à nouveau d’autres légumes…ou les  laisser en terre pour votre consommation.
Vous devrez éclaircir votre semis en ne laissant qu’un plant de navet/betterave tous les 10 cm environ. Pour faciliter le repérage de la ligne, vous pouvez mélanger les graines de navet avec des graines de radis, qui germeront très vite , que vous mangerez et que vous éclaircirez aussi.

Carottes pour l’hiver

Resemez aussi une belle ligne de carottes qui vous régalera en automne.

Vite semés, vite récoltés !

N’hésitez pas à semer de la salade, et choisissez les variétés d’été : grosse blonde paresseuse, lolla rossa, frisée d’Amérique, merveille d’été. Tous les 15 jours , continuez à semer quelques radis que vous récolterez au fur et à mesure. Les scarolles sont aussi très résistantes, et seront vite à maturité. Les chicorées frisées sont aussi un bon plan à manger avec des lardons et un petit chèvre d’Ambly !!

Pourquoi pas encore un petit haricot ou une courgette

Risquez même  un dernier petit semis de haricots : la terre est chaude et la plante va pousser très vite. Si l’arrière saison est agréable, vous pourriez profiter de quelques haricots tardifs…miamm!!!

La courgette aussi pousse très vite..et vous pourriez aussi profiter d’une récolte plus tardive, quand vos premiers plants auront fini de produire..

Les choux PetSai et les pains de sucre

Typique de l’arrière saison, le chou Pet Sai et la chicorée Pain de sucre sont des grands classiques…N’hésitez pas !!

Préparez l’arrière saison..

N’oubliez pas de semer de la mâche pour l’arrière saison, du persil, du cerfeuil et des salade à couper, dont vous profiterez tout l’automne. Vous pouvez aussi semer des bettes et de l’épinard. L’épinard aime le frais et déteste la chaleur de l’été..et c’est souvent au mois d’août, après les fortes chaleurs, qu’on sème les variétés d’hiver. Les graines germeront vite..et pourront se développer pour une récolte d’automne délicieuse.

N’oubliez pas de pailler le sol avec du chanvre dès que les légumes ont un peu poussé…

Comme vous voyez, vous avez l’embarras du choix !!!

Read more

Trucs § astuces : la taille de la glycine

 En été…tailler la glycine

C’est le bon moment pour tailler votre glycine…les floraisons se terminent, et la végétation a bien poussé. N’hésitez pas, si vous le pouvez, à palisser quelques nouvelles jeunes pousses sur des fils à l’horizontale. Cela stimulera leur mise à fleurs. Quant aux nouvelles branches, raccourcissez les  de moitié à deux tiers pour revenir à la structure horizontale de base. Si vous n’avez pas de structure, supprimez la moitié ou les deux tiers des nouvelles pousses encore vertes. Nourrissez la bien avec un engrais floraison fortement dosé (type SAP Tomates 12-6-24); car les sujets plus âgés refont une seconde floraison (plus légère!) fin du mois d’août.

En hiver..renourir la glycine, mais surtout ne pas tailler

En fin d’été, la glycine commence déjà à préparer discrètement sa floraison de l’an prochain. Effectivement, dès l’automne, la glycine a déjà préparé ses boutons floraux; mais ils sont invisibles à vos yeux. C’est la raison pour laquelle, il vaut mieux ne pas tailler sa glycine ni en hiver, ni au printemps. Toutefois, si votre glycine est vieille et n’a jamais été taillée…il vaut mieux effectuer la taille de grosses branches en hiver, sans oublier de mettre du mastic végétal sur toutes les coupes de plus de 2 cm de diamètre.

Profitez de l’arrière saison pour renourrir le sol au pied de la glycine !! Utilisez un engrais floraison fortement dosé type Flora ou Tomates de chez SAP. C’est un produit belge, un de plus fortement dosé sur le marché, qui a déjà aidé de nombreux clients à mettre à fleurs leur glycine

Ma glycine ne fleurit pas !

C’est une question que beaucoup de clients nous posent! Tout d’abord, vous avez compris en lisant l’article, qu‘il ne faut pas tailler sa glycine ni en automne ni en hiver. Une taille à cette saison, supprime tous les boutons floraux. Ensuite, il faut savoir que la glycine met un peu de temps à « s’installer ». Les premières années, la glycine a tendance à mettre sa force dans ses racines…et ensuite, seulement , elle démarre une floraison de plus en plus spectaculaire avec les années. Pour terminer,si votre glycine ne fleurit vraiment pas,….alors c’est qu’il manque des éléments nutritifs suffisants à la plante.  Mettez donc à votre glycine en engrais fortement dosé type SAP (engrais belge) Flora ou Tomates. Le dosage en phosphate et potasse est tel qu’il stimule la mise à fleurs de la plante. Utilisez cet engrais en arrosage plusieurs fois cet été, jusqu’en automne. Car c’est maintenant qu’il faut préparer la floraison de l’année prochaine !!

Read more

Trucs§ astuces : De belles jardinières.

Pour créer une belle jardinière, 5 critères : un très bon terreau, un contenant avec suffisamment de volume, de l’engrais, de l’eau et des plantes en bonne santé.

Le terreau..

Un très bon terreau :  Un bon terreau est essentiel pour favoriser un bon enracinement dès le départ. Le terreau doit également avoir une rétention d’eau adaptée aux plantes annuelles. Ni trop, ni trop peur. En général, les terreaux pour annuelles contiennent un peu d’argile, de l’engrais, et des matières organiques en suffisance.

La jardinière ou le pot…

 Le contenant : jardinières, pots doivent offrir suffisamment de volume de terre. Les pots trop petits déssèchent trop vite, et après leur première croissance, les plantes souffrent rapidement. Le contenant doit aussi être parfaitement drainé. En Belgique, nous avons des périodes de pluies qui peuvent être intenses. Si l’eau stagne dans les pots, les plantes s’asphyxient dans un terreau gorgé d’eau.

L’engrais..

L’engrais : nous disposons maintenant d’engrais  dits composés (azote-phosphate-potassium). J’entends encore parler de l’engrais rose… cet engrais ne contient que de l’azote, excellent pour stimuler le feuillage; mais pour fleurir les plantes ont aussi et surtout besoin de phosphate et de potassium. Que ce soit de l’engrais organique ou minéral, les plantes ont besoin rapidement d’engrais. Après 4 à 6 semaines, les plantes ont déjà consommé une grosse partie de l’engrais disponible dans le terreau. Faute de nourriture, la floraison s’arrêtera.Nous disposons d’un merveilleux engrais belge Flora de chez SAP (de la ville de Spa!!). C’est un engrais fortement dosé qui fait des miracles de fleurs….

L’eau…

L’eau: Neuf fois sur dix, quand un client se plaint de ses jardinières, il s’agit d’un problème d’arrosage, et souvent d’un excès d’arrosage. Les jardinières doivent être arrosées uniquement et seulement quand le terreau est « ressuyé », c’est à dire quand il n’est plus mouillé lorsque l’on enfonce le doigt. En début de saison, un arrosage une fois par semaine est souvent suffisant; car les plantes n’ont pas encore colonisé le terreau, et celui-ci garde une très bonne rétention d’eau. A partir de fin juillet, début août, les arrosages doivent se multiplier, car les plantes ont « mangé » le terreau, et celui-ci ne retient plus beaucoup d’eau. Pluie ne signifie pas arrosage... car bien souvent la pluie ne chasse pas  et n’arrive pas sur les appuis de fenêtres. Attention !! Si il fait très chaud…il faut aussi attendre que la terre se ressèche…sinon la terre va fermenter.Et les plantes ne s’en remettront pas !!

Les plantes…

Des plantes en bonne santé : nous voyons encore trop souvent des plantes vendues au stade de quasi boutures…ou des plantes qui ont souffert d’un arrosage excessif ou insuffisant. Leur enracinement sera faible ou  très affaibli par le stress. Les plantes mettront probablement beaucoup de temps à « rattraper » les autres. Et l’engrais ni changera rien !!!

A partir du mois d’août…

Nous arrivons au mois d’août, et les jardinières ont pris une belle ampleur; et vous souhaitez les garder au mieux de leur splendeur jusqu’en septembre. Découvrez nos conseils pour réussir votre deuxième partie de l’été.

Tout d’abord,  n’oubliez pas de les nourrir , car à partir de maintenant, vos géraniums et autres surfinias ont dévorés😋 tout le terreau qui étaient à leur disposition. Si vous vouliez sortir vos plantes de terre…vous verriez un gros bloc ayant la forme de la jardinière …. Les plantes ont réellement mangé tout le terreau, au propre et au figuré. Elles ont donc faim et ont besoin d’engrais de plus en plus fréquemment.  Respectez le dosage maximum de votre engrais et …allez-y dans vos eaux d’arrosage!!

C’est aussi la raison pour laquelle, vous allez devoir arroser beaucoup plus souvent. Vous allez constater que le bac ne retient plus beaucoup d’eau, car les plantes ont littéralement mangé la terre. Vous verrez d’ailleurs beaucoup plus d’eau ressortir illico du pot…car le terreau, s’il en reste, s’est rétracté, il y a une fente autour de la jardinière, et il n’y a presque plus de terre. A vous de compenser avec l’arrosage…dès que c’est sec… Vous devrez parfois arroser deux ou trois d’affilée pour arriver à remouiller bien la jardinière…. N’hésitez pas…..Courage !!!

A contrario, n’oubliez pas de bien laissez ressécher la terre entre les arrosages, même s’il fait chaud.Enfoncez  carrément votre doigt dans la jardinière pour en vérifier le taux d’humidité. Car une jardinière trempée et de la chaleur provoquent ensemble une fermentation qui fera dépérir vos plantes à vue d’œil. Et ça…c’est difficilement rattrapable…

Read more

Trucs § Astuces : Les plantes compagnes au potager bio

Le potager en permaculture

L’utilisation des plantes compagnes au potager bio est devenu très  fréquente . Car de plus en plus, les jardiniers ont observé que certaines plantes poussaient mieux au potager lorsqu’elles étaient placées l’un à côté de l’autre. En permaculture, les associations de plantes sont importantes, et ont l’avantage de multiplier les récoltes, tout en aidant le jardinier à éviter les pluvérisations. Nous allons essayer d’y voir plus clair!!  Car il existe deux types d’associations de plantes. Soit une association allélopathique: quand les plantes en poussant, peuvent avoir une action positive ou négatives sur leurs voisines. Ou bien une association dans le temps ou l’espace. Car toutes les plantes ne poussent pas à la même vitesse, et ne prennent pas la même place. En choisissant bien le jardinier peut tirer profit de cette situation.

Plantes et fleurs compagnes

Les associations allélopathiques permettent d’obtenir de belles récoltes, et aident le jardinier à limiter ou à éviter l’utilisation de pesticides ou parfois d’engrais. Vous trouverez ci après un schéma classique des associations proposées. Je vais vous en détailler quelques unes .

1,- Carottes-oignonsla carotte éloigne la mouche de l’oignon, et l’oignon éloigne la mouche de la carotte. Toutefois, attention aux grands besoins en eau de la carotte, particulièrement lors du semis.

2,-tomates– basilic : Le basilic protège ( ou aide à protéger) la tomate contre de nombreuses maladies fongiques. Découvrez ici tous mes trucs pour cultiver les tomates en pleine terre ou les tomates en serre..

3,-aneth-carottes/concombres 

4,-capucine : la capucine attire tous pucerons, particulièrement les pucerons noirs. Quelques plants au jardin suffisent !!! Il suffira ensuite d’arracher un plant de temps en temps , et de le brûler pour vous débarasser des pucerons.

5,- oeillets d’Inde – salade : les oeillets d’Inde sont un excellent répulsif contre les nématodes. Ces petits vers minuscules rongent les racines des salades. Découvrez ici les utilisations de la  tagète !

6,- choux- céléris : l’odeur du céleri éloigne la piéride du choux. Quelque soit le choux ou le céléri, l’odeur du céléri est une bonne aide pour la jardinier.Complétez éventuellement, par un pulvérisation d’huile essentielle. Découvrez ici mes trucs pour lutter contre les chenilles dans les choux

Associations de plantes espace-temps de culture

Les associations espace – temps :

1,- radis-carottes- haricots grimpants : Vous pourrez profiter du micro climat crée par l’ombre des  haricots grimpants pour cultiver radis et carottes au nord de la plantation de haricots

2,-choux -carottes : sur une planche de 80cm de large, plantez une rangée de choux au milieu, et 3 rangées de carottes de chaque côté. Les deux ont besoin de beaucoup d’eau au début. Les carottes pousseront dans le sol et profiteront de l’ombre des choux.

3milpa ou les trois soeurs :, une association vieille comme les Incas en Amérique de Sud !! Le maïs sert de tuteurs aux haricots grimpants, qui capturent l’azote de l’air, et le stockent dans des nodules racinaires . Cet engrais est mis à disposition des autres plantes. Les courges servent de couvre sol, limitent le développement des mauvaises herbes, et gardent l’humidité du sol. Le maïs et les haricots donnent de l’ombre aux courges.

4.- haricots à rames – salades : je repique toujours des salades en dessous de mes rames à haricots. Le tipi formé par les rames donne de l’ombre à mes salades qui sont ainsi protégées des grosses chaleurs.

Découvrez le tableau complet des associations

Il existe encore de nombreuses associations à découvrir et à essayer. Le schéma des associations positives et négatives pourra vous aider ..Découvrez le tableau dans les photos en annexe.

Read more

Les tomates en pleine terre

En pleine terre

Depuis quelques années, les étés sont plus chauds, secs et lumineux. Ce changement climatique profite bien à la culture des tomates. Avant nos étés pluvieux provoquaient beaucoup de maladies..et en plus les tomates ne murissaient pas. Choisissez cependant un endroit abrité des vents et bien ensoleillé...

La plantation

Au potager comme dans la serre, il faut bien amender la terre. Les tomates ont besoin de nourriture; car une plante bien nourrie résiste bien aux maladies à la sécheresse..et aussi est plus productive. Ajoutez donc de l’engrais, ou du fumier séché ou du Secret Vert à la terre là où vous allez planter vos tomates. Je plante toujours mes tomates à côté des choux..car l’odeur de la tomates protège mes choux des chenilles causées par le papillon blanc (piéride du chou).

Quand ?

En pleine terre, on plante en général en même temps que les géraniums. Aux alentours du 15 mai, suivant l’orientation de votre jardin, et la météo du moment, vous pourrez planter vos tomates en pleine terre

Comment ?

Préparez une petite poche de terreau , et mettez une poignée de feuilles d’ortie dans le fond du trou. C’est un bon apport de minéraux! Ensuite, plantez votre tomate. Espacez bien vos plants de tomates de 60 à 70 cm. Cela permet d’avoir une belle aération entre les feuilles et les plantes, et de diminuer le risque de maladies dues à une mauvaise ventilation et à de l’humidité stagnante.

Le tuteur..

Prévoyez un tuteur solide qui pourra supporter le poids de votre récolte… qui sera suffisamment long…et qui sera bien ancré dans le sol. Attachez votre tomate au fur et à mesure vers le haut, pour bien la maintenir droite et éviter qu’elle ne tombe sur le sol...le contact avec l’humidité du sol provoque souvent l’apparition de maladies telles que le mildiou ou l’oidum.

L’arrosage.

En début de plantation, n’arrosez pas trop vos tomates, pour les obliger à bien descendre leurs racines de sol, et ainsi aller chercher l’eau plus en profondeur. Elles seront ainsi moins sensibles à la sécheresse.  Lors des arrosages, mettez l’eau au pied de la plante ! Ne douchez jamais vos plantes de tomates, car le feuillage mouillé devient ainsi fort sensible à l’oidium et au mildiou. Vous pourrez aussi une fois par mois , compléter l’arrosage avec du purin d’orties (dilution 5 %) ou avec un bon engrais tomates de votre choix

La taille

N’oubliez pas de tailler tous les gourmands qui poussent aux aisselles des feuilles. Vous pourrez garder les gourmands et les disposer sur vos choux : leur odeur éloigne la piéride du chou, et protège vos choux des chenilles. Vous pouvez aussi tailler votre plante après 3 ou 4 grosses grappes de fleurs, pour assurer votre récolte avec des beaux et gros fruits.

La protection contre les insectes et les maladies

Pour protéger la tomate des maladies, n’oubliez pas  tout d’abord de bien espacer les plants lors de votre plantation. Un espace de minimum 60 à 80 cm entre chaque plant ! Ensuite de bien nourrir les plants de tomates : un plant bien nourri est plus résistant aux maladies. Arrosez les régulièrement avec un engrais pour les renforcer.  Vous pouvez utiliser le purin d’orties et de consoude 1 fois par mois en dilution à 5%. Le purin d’orties renforce l’immunité de vos tomates, et le purin de consoude stimule la production de fleurs et de fruits.

Vous pouvez aussi utiliser les plantes compagnes: le basilic planté près de vos  tomates protège la tomate des maladies et attire les insectes pollinisateurs. Vous pouvez aussi utiliser préventivement nos mélanges d’huiles essentielles, et en homépathie pour protéger vos plantes. En ce qui concerne les insectes, les tomates sont peu sujettes aux prédateurs, car leur odeur naturelle éloigne de nombreuses mouches et chenilles.

Découvrez ici tous mes trucs pour cultiver les tomates en serre..

Read more

Trucs& Astuces : Cultiver les carottes

La carotte est un des légumes phare du potager. Mais, elle a la réputation de ne pas être facile à cultiver !!.Voici tous mes trucs et astuces pour vous faciliter la tâche;-);-)

Ne pas se précipiter !!

La graine de carotte a besoin de 2 choses pour germer : 1.- une bonne température (environ 12° pour germer correctement) 2.- et d’une humidité suffisante et constante...Maintenant  que vous avez les deux points essentiels…voyons maintenant les détails et trucs…

Préparer le sillon

Tout d’abord préparer un sillon que vous remplissez avec du terreau bien fin. La carotte va germer facilement dans le terreau, et d’enraciner de suite.Vous déposerez les graines en les espaçant de 3cm si possible sur le terreau. Ensuite , vous recouvrez les graines en émiettant une fine couche de terreau dessus. Il ne vous reste plus qu’à tasser légèrement le semis avec votre main.

Le semis

La graine de carotte est très, mais très très petite. Le semis est donc difficile à effectuer. Car si le semis est trop serré, vous devrez éclaircir très fort le semis, pour ne garder qu’une plantule tous les 5 à 6 cm.  Par contre si le semis est trop clair, vous perdez beaucoup de place au potager.Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez mélanger les graines dans un peu de sable bien sec. Cela facilitera le semis. Certains mélangent des graines de radis aux carottes : le radis germe très vite, et permet de visualiser la ligne de légumes. En récoltant les radis, la place se fait pour les carottes… Vous pouvez aussi ( j’avoue que c’est ce que je fais,-,)-) utiliser des graines enrobées. Cela permet, avec un peu patience, de déposer une graine environ tous les 5/6 cm.

Surveiller l’arrosage

La graine de carotte  ne germe que si le sol est humide. A vous d’entretenir le semis. Quand vous voyez que le terreau est séché, mettez un arrosoir en pluie fine avec la pomme.Faites le régulièrement jusqu’à ce que les graines soient germées, et ensuite jusqu’à ce que les plantes aient forcis .

Après la germination..

Si le semis est trop dense, vous devez espacer les petites plantes de 4 à 5 cm ..c’est à peu près la grosseur de votre carotte… Si vous n’éclaircissez pas le semis, vous aurez des carottes maigrichonnes qui n’ont pas eu la place de se developper.

Entretien et nuisibles.

Ne laissez pas les mauvaises herbes envahir votre culture; car elles concurrencent fortement les carottes. Vous pouvez aussi semer vos carottes à côté  des oignons : l’odeur de l’oignon éloigne la mouche de la carotte, et l’odeur de la carotte éloigne les mouches de l’oignon. Surveillez les campagnols et autres rats des champs…..pour lesquels je n’ai pas de solution miracle.. à part verser un peu de décoction d’ail dans les trous pour les éloigner….Paillez votre culture avec du chanvre ou du lin : vous garderez la culture humide et vous lutterez facilement contre les mauvaises herbes

Pour éloigner les mulots

C’est la guerre entre moi et les mulots !!!! C’est surtout en fin de saison, et en hiver que les mulots en mal de nourriture s’attaque au potager !! J’avoue que j’utilise le plus possible l’ail et la décoction d’ail pour éloigner ces bestioles indésirbles. J’obtiens aussi de bons résultats avec les appareils à ultra sons Weitech…Cette année l’appareil ne s’est pas rechargé en janvier faute de soleil…et s’est éteint….catastrophe ! C’est à ce moment que les mulots ont profité pour venir attaquer mes carottes !

.

La conservation

La conservation en terre est la plus facile, Un de mes amis enterre un vieux tambour de lessiveuse, dans lequel il stocke ses légumes racines dans du sable du Rhin. Il recouvre le dessus d’un petit ballot de foin; et se sert de son garde manger au fur et à mesure. Sinon, vous pouvez remplir des bacs de sable de Rhin, que vous stockez dans un abri de jardin ou dans une cave à l’abri de la chaleur et de la lumière, et avec un peu d’humidité.

Read more

Trucs § astuces : réussir ses tomates en serre.

D’abord nourrir le sol..

Pour bien réussir ses tomates en serre, d’abord bien engraisser le sol de la serre chaque année avec un bon engrais organique. La tomate est un légume fruit très vorace, et si elle ne trouve ses nutriments dans le sol, elle sera chétive et malade.

Attention à ne pas planter trop tôt!

En Belgique, suivant votre région, pas de plantation avant le mois de mai (à moins de disposer d’une serre chauffée). Ici à Marche en famenne, suivant la météo, la plantation se fait aux environs du 10/15 mai.  Car la serre doit rester bien ventilée… et si il fait trop froid, ce n’est pas possible!! Toutefois, les tomates sont souvent plus productives en serre ou sous abri, les étés belges étant souvent capricieux !!

N’oubliez pas la ventilation

Et cela rejoint le troisième point, tout aussi essentiel , bien assurer la ventilation de la serre. Nuit et jour la serre doit être bien ventilée. A vous de doser suivant la température !! Si vous laissez la serre fermée, l’humidité produite par la terre et la plante se propagera rapidement,..et vos tomates seront vite attaquées par l’oidium et le mildiou.

Paillez votre plantation

Le quatrième point est le paillage. Que cela soit avec de la paille, du lin, du chanvre, le paillage assure une humidité constante du sol, et empêche la prolifération des mauvaises herbes. Mais n’utilisez que des paillages bien décomposés…la tomate ne supporte pas une feuillage en décomposition sur son pied.

Doser son arrosage.

Et puis l’arrosage !!! AAAh l’arrosage…Si vous disposez d’un petit tuyau microperforé, vous pourrez le disposer au pied de vos tomates. Sinon, vous arroserez au pied de la tomate, en prenant garde de ne pas mouiller le feuillage pour éviter les maladies. Quand à la quantité et la fréquence, elles dépendent de la météo..C’est donc au jardinier de vérifier l’état de la terre, qui doit rester humide, mais jamais trempée !!!

Quand il pleut sur la pleine terre, et que les feuilles seront mouillées, le problème est différent. Si il pleut, et que la température est basse, pas de problème ! Vous aurez peu de chance de voir se développer les maladies tant redoutées du mildiou ou de l’oidium, qui ont besoin de chaleur pour se répandre. Par contre, si il pleut  et que la température est élevée, à ce moment, le danger de maladies est beaucoup plus grand… Pour essayer de limiter le problème, il faut anticiper et favoriser la ventilation : bien planter ses tomates avec un bel espace entre chaque plant, tailler les plantes pour éviter la superposition des feuilles, et arroser préventivement avec du purin d’ortie ou de consoude, comme mentionné plus bas , ou utiliser des huiles essentielles.

Tous les petits trucs…

Deux semaines après la  plantation, vous pourrez arroser vos tomates en ajoutant à l’eau un purin d’orties/consoude avec  une dilution de 5%. Vous pourrez renouveler l’opération  toutes les 4 à 6 semaines.
N’oubliez pas de tailler les gourmands aux aisselles des branches. Vous pouvez utiliser les tailles de gourmands sur vos plantes de choux pour éloigner la piéride du choux. Dérangés par l’odeur de la tomate, le papillon ne trouvera plus vos plants de choux. La tomate aime la compagnie du persil et des poivrons.

Utilisez aussi les plantes compagnes : planté près des tomates, le basilic aide à la protection des tomates contre les maladies. La tagète quant à elle, protège des nématodes (petits vers du sol).

Nous disposons désormais d’un produit homéopathique pour renforcer toutes les plantations: associé aux huiles essentielles contre les maladies, et contre les insectes, ce produit renforce considérablement la résistance des tomates. N’hésitez pas à l’essayer!!

Tous nos trucs pour cultiver les tomates en pleine terre..

Tous les trucs pour faire mûrir les dernières tomates vertes

Read more