En automne, faut-il tailler les rosiers ??

La question nous est souvent posée en pépinière. La réponse est simple. En automne, il s’agit simplement d’une taille de propreté. Vous pouvez éliminer les fleurs fanées. Vous pouvez aussi éliminer les fruits, sauf si vous souhaitez les garder pour les oiseaux,  ou pour les variétés à fruits décoratifs comme par ex : Robin Hood ). Vous pouvez ensuite rabattre légèrement les plantes de 1/4 ou 1/3 maximum.

Et la taille du printemps ??

Les fortes gelées sont passées ; et le printemps pointe le bout de son nez. C’est le bon moment pour redescendre au jardin, et tailler les rosiers. En général, c’est la deuxième quinzaine de mars. Ne taillez pas avant, même si de jeunes feuilles sont apparues. Les feuilles repousseront avec l’arrivée du printemps. Le fait de tailler trop tôt fait apparaître les boutons à fleurs beaucoup trop tôt; et risquerait de compromettre votre floraison.

Premier conseil : tenez votre sécateur correctement avec la lame (partie tranchante) du côté du bois restant sur la plante. C’est la partie du rameau qui tombe qui sera écrasée. Cela permet une coupe bien nette qui cicatrisera mieux. N’oubliez pas aussi de désinfecter votre sécateur à l’eau de javel pour ne pas transmettre des maladies.

Taille d’un rosier tige ou buisson :

Conservez environ 3 à 7 branches, que vous retaillerez environ à 3 ou 5 yeux du point de greffe (c’est-à-dire environ 15 à 20 cm), en choisissant de préférence un œil tourné vers l’extérieur. Vous favoriserez le passage de l’air et de la lumière, en dégageant le centre. Éliminez tout le bois mort.

Taille d’un rosier grimpant :

Attention ne jamais couper la tête d’un rosier grimpant !! Laisser toujours une belle principale monter, car cela va permettre à la sève dans un premier temps de monter jusqu’au sommet de la plante , et ensuite de redescendre en irriguant toutes les branches secondaires. Sinon, la sève monte dans la branche coupée et provoque la poussée de multiples branches pour remplacer la « tête » disparue…Les branches se multiplient donc au sommet, et la base se dégarnit de plus en plus. Si vous avez trop de branches au sommet, gardez en quelques unes comme tire sève, et, éventuellement, palissez les autres branches en les courbant pour stimuler la mise à  fleurs.

Taille des rosiers non remontants :

Non remontant veut dire que ne fleurit qu’une fois …Cependant, ces rosiers ne donnent qu’une seule floraison, mais absolument spectaculaire dans le courant des mois de juin juillet. Attention !! Les rosiers non remontants se taillent de suite après leur floraison au mois d’août.On conserve 6 à 7 branches principales ; et on rabat les branches latérales à 2 yeux. La taille se fait directement après la floraison, car la floraison se fait toujours sur une branche qui a au moins 1 an…il faut donc laisser à la branche le temps de pousser pendant tout l’été après la floraison.

Taille des rosiers remontants :

« Remontant » veut dire qui fleurit plusieurs fois par an. La floraison est moins spectaculaire , car la floraison s’étale sur une plus longue période. En général, on conserve sans les tailler 5 à 6 branches principales ; et on rabat les pousse latérales à 5 ou 6 yeux (environ 30 cm).

Taille des rosier couvre- sol :

Les rosiers se taillent tous les 2 ou 3 ans en fonction de l’envahissement. C’est plutôt un bon nettoyage.

Taille des rosiers anciens :

La  plupart des rosiers anciens ont un port arbustif  très naturel. Ils sont assez haut (environ 1m/1,5m), mais n’ont pas la raideur des rosiers modernes. Ils sont parfois cultivés comme de petits grimpants. Ils ne réclament pas de vraie taille pour fleurir. Il s’agit plutôt d’un nettoyage : enlever le bois mort, couper les branches mal placées, ou les rameaux trop faibles ; et raccourcir les branches d’un tiers (ou de moitié pour les rosiers remontants).

Et les fameux gourmands ???

Il ne sert plus à rien de compter les folioles comme faisait nos parents, car actuellement, la majorité des rosiers ont de gourmands, si ils en ont, avec un nombre de folioles variable. La seule façon de voir est de regarder la couleur de la feuille ( un beau vert foncé pour une bonne branche, ou un vert très pâle pour un gourmand) et la couleur du bois (rouge pour le bon bois, et vert glauque pour un gourmand). Si vous ne vous y retrouvez pas, suivez le conseil de ma Maman, qui me disait toujours de gratter un peu la terre pour voir si la branche démarrait sous le point de greffe sur une racine.