Skip to main content Skip to search

Archives for Astuces & trucs

Trucs § astuces : Pourquoi pailler le sol ?

C’est quoi un paillage…

Au jardin ou au potager , le paillage consiste à couvrir le sol, autour des plantations, avec des paillis constitués par différents matériaux d’origine naturelle organique ou minérale. L’homme reproduit ici ce qui se fait naturellement sur un sol forestier. Car dans la nature, quand un sol est nu, la nature se charge de le couvrir par de la végétation, des déchets verts, du feuillage..etc.

Pourquoi le sol ne reste-t-il pas « propre »..

Dans la nature, un sol ne reste jamais nu, et naturellement, il se couvre de « mauvaises » herbes, de feuilles, de mousse, de déchets organiques…etc. Grâce à cette couverture ( que nous appelons paillage), le sol protège la vie organique souterraine. Car dans les couches supérieures de la terre, se trouve des micro organismes qui ont besoin d’eau et d’air. Au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans le sol, les besoins des micro-organismes diffèrent…mais, ça…c’est une autre histoire! En se recouvrant de différentes matières, le sol ainsi couvert va garder l’humidité dans le sol, et protéger sa perméabilité à l’eau et à l’air !

Les avantage du  paillage ..

1.-Quand la terre est nue, l’évaporation est très importante. La vie organique du sol a besoin d’eau pour vivre , et c’est cette vie qui entretient la fertilité des couches supérieures de la terre . Nous savons aussi que les végétaux aussi transpirent beaucoup par le feuillage ou par leurs racines qui sont échauffées. Cette technique permet de réduire les arrosages de nos cultures d’environ 40 % .

2.- Lors des pluies, le paillage se comporte comme une éponge : il évite le ruissellement trop rapide des eaux et le ravinement de la terre. Il protège donc le sol du « lessivage » des matières organiques de la surface. La pluie ne peut plus marteler ou damer la terre, et le paillage garde la terre meuble et fraîche. L’eau et l’air peuvent y pénetrer facilement. Et ainsi les racines des plantes peuvent ainsi continuer leur croissance dans une terre bien meuble. Et le jardinier évite de nombreux binages. Comme la terre reste meuble, le paillage permet à la terre d’absorber même une faible pluie, car il n’y a pas de formation d’une croûte dure en surface.

3.- Sans lumière, les mauvaises herbes ne peuvent ni germer, ni se développer. Toutefois, pour une plus grande efficacité, le paillage doit être épandu sur un sol propre et désherbé. Sinon les grosses racines reperceront allègrement  à travers tout.  Mai, si le sol a bien été nettoyé, la repousse sera beaucoup moindre. Les mauvaises herbes restantes s’épuiseront progressivement…et les désherbages réguliers à la binette n’auront plus lieu d’être.

4.- Progressivement les paillis organiques vont se décomposer, et se transformer en humus, élément capital dans la fertilité des sols. La fertilité du sol en sera grandement favorisée. Tous ces avantages auront des conséquences visibles sur la croissance des végétaux : moins de stress dû au manque d’eau et une terre bien meuble et oxygénée.

Read more

Trucs et astuces : Faire mûrir les dernières tomates

Il reste plein de tomates vertes !

C’est une question qui revient souvent..j’ai plein de tomates vertes au potager..je n’ai pas envie des les perdre…Que faire?? Voici quelques trucs qui peuvent vous aider

Connaître la tomate verte

La tomate verte c’est à dire pas mûre ( à ne pas confondre avec les variétés de tomates qui sont vertes aussi quand elles sont mûres comme la Green Zebra !) contient un alcaloïde qui est la solanine. C’est une substance toxique à forte dose. Ne paniquez pas ! En général, il faut en consommer beaucoup beaucoup beaucoup.. et des tomates très très vertes pour avoir un problème !   C’est la raison pour laquelle on attend que la tomate soit mûre pour la manger…en plus quand c’est très  très vert , c’est vraiment pas très bon,-)-,)-

D’abord, bien dégager les pieds de tomates

Pour accélérer le mûrissement des tomates, il est important de bien dégager le plant de toutes les feuilles qui empêchent le soleil d’arriver sur les tomates. A cette saison, c’est très important, car les jours sont plus courts et moins chauds. N’hésitez donc pas effeuiller vos tomates!

Les gourmands

N’oubliez pas de supprimer tous les gourmands sans hésitation! Ils pompent la force de la plante, et à cette saison, c’est inutile! Par ailleurs, le fait de tailler sévèrement la plante, produit une réaction de la tomate, qui va se concentrer sur ses fruits pour assurer sa survie avec les graines. Supprimez également les branches qui portent de minuscules tomates ! Il n’y a aucune chance qu’elles arrivent à maturité; et il vaut mieux assurer votre récolte des fruits déjà bien formés que d’attendre un grossissement aléatoire des tout petits fruits

Coupez les tomates dès qu’elles jaunissent

Vous pouvez aussi couper les tomates dès qu’elles commencent à prendre un peu de couleur jaune ou orange. Ce faisant vous soulagez le plant d’une partie de la récolte..et ces tomates sont assez faciles à faire mûrir à l’intérieur.

Faire mûrir les tomates à l’intérieur

Pour ma part, je stocke les tomates un peu jaunes dans des caisses à fruit en bois avec éventuellement un papier journal au fond. Ce journal me sert à absorber le jus, si éventuellement un tomate abîmée venait à pourrir. Cela empêche de contaminer les autres fruits de la caisse. Je dispose quelques pommes bien mûres avec les tomates En murissant, la pomme dégage du gaz éthylène qui accélère le mûrissement des tomates. Je recouvre la caisse d’un papier journal également. Ainsi, le gaz éthylène produit par les pommes ne s’évapore pas trop vite dans l’atmosphère ambiante, et accélère le mûrissement des tomates. Placez la caisse dans un endroit ventilé et chaud.

La confiture de tomates vertes.

Une seule solution si vos tomates restent définitivement vertes , car la saison est trop avancée… Vous pouvez faire une délicieuse confiture de tomates vertes. En cuisant le fruit, vous diminuez considérablement le taux de solanine. En plus, la confiture de tomates vertes ou confit de tomates vertes est délicieuses avec un pâté, du foie gras, ou une viande…A essayez absolument !

Read more

Trucs et astuces : préparer l’arrière saison au potager

C’est le moment de penser à l’arrière saison !

C’est le moment de préparer l’arrière saison au potager! De la place se libère…oignons et échalotes sont récoltés, les poireaux d’été seront bien vite mangés ou au congélateur pour l’hiver…. Vous allez pouvoir penser à l’arrière saison.

Des plantes qui n’aiment pas la chaleur..

De nombreuses plantes n’aiment pas la chaleur de l’été, et donc attendent l’arrière saison pour profiter de la place disponible. Parmi eux, les épinards d’hiver se sèment au mois d’août, après les grosses chaleurs. Choisissez les variétés dites « d’hiver »…vous pourrez récolter de l’épinard même après les premières gelées. La mâche est aussi un légume qui résiste au froid…en la semant régulièrement de août à septembre, vous pourrez profiter d’une petite salade d’hiver avant les grands froids.

Les légumes qui produisent sur une longue période

Vous pouvez aussi utiliser les légumes perpétuels…céléri vivace (=livèche), oignons perpétuels, ou les légumes qui produisent longtemps comme les bettes

Refaire quelques semis

N’hésitez pas à refaire quelques semis de laitue à couper,  de radis, de persil et de cerfeuil.De pousse rapide, ils vous permettront de faire quelques belles récoltes avant les gelées. Vous pourrez même envisager une petite protection avec une toile, pour les premières gelées blanches, afin de prolonger votre récolte.

A semer tout de suite, pour repiquer

Les choux chinois (Pe tsai), et les chicorées pain de sucre sont utilisés pour les récoltes de l’arrière saison. Les chicorées scaroles et frisées sont aussi adaptées à l’arrière saison.

Le pourpier et le cresson se portent mieux à la fraîcheur…profitez-en.

Découvrez mes trucs pour faire mûrir les dernières tomates vertes.

Read more

Trucs et astuces : Les engrais verts

C’est quoi un engrais vert ?

Un engrais vert , c’est une plante que l’on sème, après la culture en automne , ou avant la culture au printemps, pour enrichir le sol. Leur propriété principale est  de fixer l’azote dans le sol par leur racines. Mais, l’engrais vert a aussi de multiples avantages. Avant la nouvelle culture, on fauche l’engrais vert  ou on le broie; et ensuite on l’incorpore dans le sol.

Les avantages ? Ils sont nombreux!

Pour entretenir la terre du potager, rien de tel que d’essayer de couvrir la terre en permanence ; car une terre nue est soumise aux intempéries. Les pluies denses vont lessiver le sol, et entraîner les nutriments par le ruissellement. Cela appauvrit le potager. Le soleil, quant à lui, désèche la terre et forme une croûte qui empêche l’eau d’entrer. La terre nue est aussi livrée à l’invasion des adventices (mauvaises herbes). Profitez donc  qu’une planche de culture se libère, et couvrez le sol avec un engrais vert. La plante va pousser, couvrir le sol, et l’enrichir par ses racines qui fixent les nutriments ou en apportent de nouveaux dans votre sol.  Vous nourrirez ainsi le sol pour la prochaine culture.

Que choisir ,

Essayez de varier vos engrais en fonction de vos cultures…si vous avez mis des choux à cet emplacement cette année, préférez un engrais qui ne soit pas de la famille des crucifères (choux,radis, navet), plutôt la phacelie, le trèfle….Après des pommes de terre, rien de tel qu’un bon semis de moutarde qui recouvrira le sol et l’enrichira pour l’an prochain.

Les différents engrais verts

Le trèfle incarnat est aussi une variété intéressante et se sème généralement après les cultures d’été. Préférez le au trèfle blancs; car le trèfle blanc est vivace, et il a tendance à s’installer un peu trop bien!  Il fixe l’azote de l’air au niveau de ses racines, et son système radiculaire décompacte le sol. Il sera fauché en Mars/Avril et une culture de printemps pourra suivre.Il a l’avantage de ne pas être une variété vivace contrairement aux autres trèfles. Ainsi une fois coupé à ras terre il ne repoussera pas (ou très peu).

Le sarrazin, lui , ne peut pas être utilisé comme engrais vert en hiver, car il craint le gel. Il nourrit le sol en azote et phosphore. Son pouvoir couvrant est excellent, et il supporte une terre un peu acide.

Le seigle a un système racinaire très dense et profond. Il est résistant au froid et aux gelées et supporte les terres pauvres. Il peut se semer tardivement, jusqu’en Octobre/Novembre. Les céréales sont souvent associées avec une légumineuse, pour combiner plusieurs avantages .Les céréales aèrent et le sol en profondeur avec leur système racinaire puissant; alors que les légumineuses structurent le sol en surface. L’utilisation de plusieurs espèces concurrence mieux les mauvaises herbes.

La moutarde fixe l’azote dans ses racines, et lors de l’enfouissement, enrichit considérablement le sol. Elle peut se semer avant l’hiver ou au printemps, de mars à octobre, car elle résiste au gel. De la famille des crucifères, comme les choux, il vaut mieux mieux ne pas la semer à des emplacements où vous avez cultivé vos choux, radis, navet.. Préférez lui un autre engrais qui apportera des nutriments différents.

La phacélie est une petite merveille quand elle fleurit ! Elle se couvre de fleurs bleues qui sont un bonheur pour les insectes et attirent les pollinisateurs. De croissance rapide, elle renouvelle les éléments nutritifs du sol, et augmente la flore microbienne du sol. Elle se sème en septembre ou octobre ou au début du printemps en avril dès que le sol est un peu réchauffé. Son pouvoir de recouvrement est très bon, et elle limite la propagation des mauvaises herbes.

 

N’hésitez à mélanger les engrais, et à couvrir les petites surfaces au fur et à mesure qu’elles se libèrent.

Read more

Trucs et astuces : Les brocolis en hiver…

Les brocolis

La saison des brocolis bat son plein. Mais après la première coupe du brocoli, nous aimons tous prolonger la récolte. Voici mon truc pour manger des brocolis encore en hiver

Résistant en hiver

Le brocoli est très résistant au froid…pas autant que le chou de Bruxelles, mais quand même!! La plante est capable de survivre sous la neige et lors de grosses gelées. Nous allons donc utiliser cette capacité pour prolonger la récolte !

Prolonger la récolte

Après avoir coupé la pomme principale, située au centre de la plante de chou brocoli, laissez toujours votre plante en place. La saison est encore douce, et la plante va continuer à se développer. Elle va rejeter aux aisselles de ses larges feuilles…et vous verrez alors apparaître des petites pommes de brocolis sur le pourtour de la plante. Je laisse toujours au moins 5 à 6 plantes de brocolis en place pendant l’hiver, car elles vont m’assurer une production, certes irrégulière, mais bien réelle de brocolis. Suivant la température et l’ensoleillement, je récolte ainsi plusieurs fois des portions de brocolis !!

Read more

Trucs § astuces : la taille de la glycine

 En été…tailler la glycine

C’est le bon moment pour tailler votre glycine…les floraisons se terminent, et la végétation a bien poussé. N’hésitez pas, si vous le pouvez, à palisser quelques nouvelles jeunes pousses sur des fils à l’horizontale. Cela stimulera leur mise à fleurs. Quant aux nouvelles branches, raccourcissez les  de moitié à deux tiers pour revenir à la structure horizontale de base. Si vous n’avez pas de structure, supprimez la moitié ou les deux tiers des nouvelles pousses encore vertes. Nourrissez la bien avec un engrais floraison fortement dosé (type SAP Tomates 12-6-24); car les sujets plus âgés refont une seconde floraison (plus légère!) fin du mois d’août.

En hiver et au printemps..renourir la glycine, mais surtout ne pas tailler

En fin d’été, la glycine commence déjà à préparer discrètement sa floraison de l’an prochain. Effectivement, dès l’automne, la glycine a déjà préparé ses boutons floraux; mais ils sont invisibles à vos yeux. C’est la raison pour laquelle, il vaut mieux ne pas tailler sa glycine ni en hiver, ni au printemps. Toutefois, si votre glycine est vieille et n’a jamais été taillée…il vaut mieux effectuer la taille de grosses branches en hiver, sans oublier de mettre du mastic végétal sur toutes les coupes de plus de 2 cm de diamètre.

Profitez de l’arrière saison pour renourrir le sol au pied de la glycine !! Utilisez un engrais floraison fortement dosé type Flora ou Tomates de chez SAP. C’est un produit belge, un de plus fortement dosé sur le marché, qui a déjà aidé de nombreux clients à mettre à fleurs leur glycine

Ma glycine ne fleurit pas !

C’est une question que beaucoup de clients nous posent! Tout d’abord, vous avez compris en lisant l’article, qu‘il ne faut pas tailler sa glycine ni en automne ni en hiver ni au printemps. Une taille à cette saison, supprime tous les boutons floraux. Ensuite, il faut savoir que la glycine met un peu de temps à « s’installer ». Les premières années, la glycine a tendance à mettre sa force dans ses racines…et ensuite, seulement , elle démarre une floraison de plus en plus spectaculaire avec les années. Pour terminer,si votre glycine ne fleurit vraiment pas,….alors c’est qu’il manque des éléments nutritifs suffisants à la plante.  Mettez donc à votre glycine en engrais fortement dosé type SAP (engrais belge) Flora ou Tomates. Le dosage en phosphate et potasse est tel qu’il stimule la mise à fleurs de la plante. Utilisez cet engrais en arrosage plusieurs fois cet été, jusqu’en automne. Car c’est maintenant qu’il faut préparer la floraison de l’année prochaine !!

Read more

Trucs§ astuces : De belles jardinières.

Pour créer une belle jardinière, 5 critères : un très bon terreau, un contenant avec suffisamment de volume, de l’engrais, de l’eau et des plantes en bonne santé.

Le terreau..

Un très bon terreau :  Un bon terreau est essentiel pour favoriser un bon enracinement dès le départ. Le terreau doit également avoir une rétention d’eau adaptée aux plantes annuelles. Ni trop, ni trop peur. En général, les terreaux pour annuelles contiennent un peu d’argile, de l’engrais, et des matières organiques en suffisance.

La jardinière ou le pot…

 Le contenant : jardinières, pots doivent offrir suffisamment de volume de terre. Les pots trop petits déssèchent trop vite, et après leur première croissance, les plantes souffrent rapidement. Le contenant doit aussi être parfaitement drainé. En Belgique, nous avons des périodes de pluies qui peuvent être intenses. Si l’eau stagne dans les pots, les plantes s’asphyxient dans un terreau gorgé d’eau.

L’engrais..

L’engrais : nous disposons maintenant d’engrais  dits composés (azote-phosphate-potassium). J’entends encore parler de l’engrais rose… cet engrais ne contient que de l’azote, excellent pour stimuler le feuillage; mais pour fleurir les plantes ont aussi et surtout besoin de phosphate et de potassium. Que ce soit de l’engrais organique ou minéral, les plantes ont besoin rapidement d’engrais. Après 4 à 6 semaines, les plantes ont déjà consommé une grosse partie de l’engrais disponible dans le terreau. Faute de nourriture, la floraison s’arrêtera.Nous disposons d’un merveilleux engrais belge Flora de chez SAP (de la ville de Spa!!). C’est un engrais fortement dosé qui fait des miracles de fleurs….

L’eau…

L’eau: Neuf fois sur dix, quand un client se plaint de ses jardinières, il s’agit d’un problème d’arrosage, et souvent d’un excès d’arrosage. Les jardinières doivent être arrosées uniquement et seulement quand le terreau est « ressuyé », c’est à dire quand il n’est plus mouillé lorsque l’on enfonce le doigt. En début de saison, un arrosage une fois par semaine est souvent suffisant; car les plantes n’ont pas encore colonisé le terreau, et celui-ci garde une très bonne rétention d’eau. A partir de fin juillet, début août, les arrosages doivent se multiplier, car les plantes ont « mangé » le terreau, et celui-ci ne retient plus beaucoup d’eau. Pluie ne signifie pas arrosage... car bien souvent la pluie ne chasse pas  et n’arrive pas sur les appuis de fenêtres. Attention !! Si il fait très chaud…il faut aussi attendre que la terre se ressèche…sinon la terre va fermenter.Et les plantes ne s’en remettront pas !!

Les plantes…

Des plantes en bonne santé : nous voyons encore trop souvent des plantes vendues au stade de quasi boutures…ou des plantes qui ont souffert d’un arrosage excessif ou insuffisant. Leur enracinement sera faible ou  très affaibli par le stress. Les plantes mettront probablement beaucoup de temps à « rattraper » les autres. Et l’engrais ni changera rien !!!

A partir du mois d’août…

Nous arrivons au mois d’août, et les jardinières ont pris une belle ampleur; et vous souhaitez les garder au mieux de leur splendeur jusqu’en septembre. Découvrez nos conseils pour réussir votre deuxième partie de l’été.

Tout d’abord,  n’oubliez pas de les nourrir , car à partir de maintenant, vos géraniums et autres surfinias ont dévorés😋 tout le terreau qui étaient à leur disposition. Si vous vouliez sortir vos plantes de terre…vous verriez un gros bloc ayant la forme de la jardinière …. Les plantes ont réellement mangé tout le terreau, au propre et au figuré. Elles ont donc faim et ont besoin d’engrais de plus en plus fréquemment.  Respectez le dosage maximum de votre engrais et …allez-y dans vos eaux d’arrosage!!

C’est aussi la raison pour laquelle, vous allez devoir arroser beaucoup plus souvent. Vous allez constater que le bac ne retient plus beaucoup d’eau, car les plantes ont littéralement mangé la terre. Vous verrez d’ailleurs beaucoup plus d’eau ressortir illico du pot…car le terreau, s’il en reste, s’est rétracté, il y a une fente autour de la jardinière, et il n’y a presque plus de terre. A vous de compenser avec l’arrosage…dès que c’est sec… Vous devrez parfois arroser deux ou trois d’affilée pour arriver à remouiller bien la jardinière…. N’hésitez pas…..Courage !!!

A contrario, n’oubliez pas de bien laissez ressécher la terre entre les arrosages, même s’il fait chaud.Enfoncez  carrément votre doigt dans la jardinière pour en vérifier le taux d’humidité. Car une jardinière trempée et de la chaleur provoquent ensemble une fermentation qui fera dépérir vos plantes à vue d’œil. Et ça…c’est difficilement rattrapable…

Read more

Trucs et astuces : Lutter contre les ravageurs au potager

Une lutte biologique

C’est une question récurrente de la part de tous les jardiniers amateurs : Comment lutter contre les ravageurs au potager?? Pour résoudre un problème, il faut d’abord bien comprendre comment fonctionne un ravageur..

Vous pensez certainement aux limaces ..

Avant toute chose, je vais exclure de cet article la lutte contre les limaces. Cette lutte est , honnêtement, beaucoup plus difficile, et demande une approche plus ciblée. Vous pourrez découvrir dans un autre article mes trucs pour la lutte contre les limaces

Les autres ravageurs..

Les ravageurs au potager sont principalement  les chenilles, les  pucerons, et les mouches. La liste est longue de ces petites bêtes qui sont indésirables dans nos potagers :mouche de l’oignon, mouche de la carotte, piéride du chou, puceron noir ou vert … Cependant, tous ces ravageurs ont un grand point commun : ils fonctionnent tous à l’odorat. C’est donc en comprenant leur fonctionnement basé sur l’odeur ( de la carotte, du chou, de l’oignon, de la tomate, de la fève ..etc) que nous allons pouvoir lutter efficacement.

Mélangez les legumes..

Le temps des longues lignes de légumes d’un même sorte est révolu…en mélangeant les légumes, vous allez perturber l’odorat des ravageurs. Mais cela ne s’arrête pas là ! En favorisant , le compagnonnage des différents légumes vous allez aussi stimuler une meilleure résistance, une meilleure fructification pour d’autres, ou aussi une protection contre certaines maladies .. Cela fera l’objet d’un autre article…mais ici le but est de perturber l’odorat des ravageurs..et cela est réussi en mélangeant les variétés de légumes !

Perturbez leur odorat ,-)

Le truc est bien là : c’est de perturber l’odorat du prédateur qui vous envahit. Pour cela, vous avez plusieurs possibilités :

1.-Utiliser les plantes compagnes

2.- Epandre des morceaux de végétaux odorants

3.- Planter des fleurs

4.- Utiliser des huiles essentielles ou des décoctions

Les plantes compagnes..

Je ne vais pas détailler ici toutes les plantes compagnes, qui feront l’objet d’un article plus approfondi. Car le compagnonnage des légumes ne se limite pas à la lutte contre les ravageurs, mais aussi à la prévention des maladies, et au bon développement des plantes …mais je vous présenter les associations de légumes typiques, dans le cadre de la lutte contre les ravageurs.

1.- La carotte aime les oignons, les échalottes et l’ail…et vice et versa.

Car l’odeur de l’oignon éloigne la mouche de la carotte (qui ne trouve plus les carottes au milieu de l’odeur des oignons..)..et éloigne aussi la mouche de l’oignon  ( qui sent un peu trop la carotte pour réussir à trouver les oignons !)

2.- Le chou aime le céleri et la tomate

L’odeur du chou est souvent très forte, et donc il est très facile pour le papillon blanc, la piéride du chou, de le trouver et de pondre ses oeufs dessus. Ce sont les petites chenilles vertes qui vons dévorer vos choux plus vite que l’éclair, car elles sont très voraces. Le premier conseil, c’est de ne jamais planter tous les choux ensemble :  ne mettez pas au même endroit, les choux fleurs, les brocolis, les choux de Bruxelles..etc… vous êtes sûr d’attirer tous les papillons du coin. Espacez vos plantations de choux et intercalez entre eux les tomates, les céleris.  Pour améliorer la lutte, utilisez les gourmands de vos tomates et déposez les sur la pomme du chou, ou sur les feuilles N’hésitez pas à utiliser aussi tout autre déchet de taille bien odorante sur vos plantations : taille de vos lavandes, du romarin, du thym,…etc.

3.- Le poireau aime les carottes

L’odeur de la carotte éloigne la fameuse teigne du poireau. L’idéal étant d’alterner les lignes de carottes et de poireau

Plantez des fleurs..

N’hésitez pas à intercaler quelques fleurs dans votre potager. Elles seront d’une aide précieuse pour vous

1.- La tagette

La tagette éloigne les pucerons et les nématodes ..attention, car par contre elle est sensible aux limaces…Protégez là !

2.- La capucine

La capucine attire les pucerons sur elle. Les pucerons oublieront vite vos autres légumes, si ils peuvent filer sur les capucines. Comme les pucérons vont sur les capucines, ils attirent aussi de ce fait les coccinelles grands mangeuses de pucerons.

3.-Le tabac d’ornement

Sa tige et ses feuilles collantes piègent les insectes, et permet de combattre les thrips et les mouches blanches

4.-La bourrache

Elle attire les insectes pollinisateurs qui sont souvent eux mêmes des prédateurs pour d’autres insectes

Épandre vos déchets de taille odorants

Ne jetez jamais vos déchets de taille de lavande, ou de thym, ou de toute plante aromatique..Ce sont des aides précieuses , que vous pouvez épandre sur ou autour des plantes au potager. Leur odeur souvent forte, éloignera bien des prédateurs de vos légumes..

Utiliser huiles essentielles et décoctions

Il existe des huiles essentielles, qui sont solubilisées et donc prêtes à l’emploi dans l’eau. La pulvérisation de ces huiles régulièrement  permet d’éloigner les insectes nuisibles de vos plantes En plus , ces huiles ont aussi un effet booster. Il existe également des huiles spécifiques pour renforcer les plantes contre les maladies. J’utilise régulièrement ces mélanges prêts à l’emploi qui sont disponibles au magasin.

Les décoctions d’ail ou de tanaisie sont aussi des aides précieuses. J’utilise fréquemment la décoction d’aïl dans les trous de souris ou de rattes; mais aussi en dilution de 5%, au pied des choux en début de saison pour lutter contre les altises. La tanaisie est aussi très efficace.

Et les doryphores??

Pour les doryphores, j’ai mis au point un plan de lutte efficace. Et depuis lors, mes pommes de terre ( enfin..celles de mon mari,-,)-) ne sont plus ravagées par ces bestioles bien voraces ! Découvrez ici tous mes trucs !

A vous de jouer !!

Read more

Trucs § astuces : lutte naturelle contre les doryphores.

Satanées bestioles !!

Voici mon expérience dans une lutte sans merci contre les doryphores !! Après avoir subi 4 années d’invasion sans fin de ces bestioles….après avoir ramassé, écrasé, noyé des milliers d’insectes….. C’est en 2018 que j’ai essayé de changer ma lutte contre les doryphores….et ça a marché !!!! Voici un explicatif complet de mon plan de bataille :

Dès que les pommes de terre germent…

Tout d’abord, si vous avez eu des doryphores l’an dernier, la lutte commence dès que vos plants de pommes de terre germent.  Car le doryphore sort de terre en même temps que la pomme de terre.  Donc vous devez dès le départ détruire tous les doryphores adultes  ainsi que les grosses larves que vous ramassez. C’est assez facile , car il y a peu de feuillage, et le doryphore est bien visible. Ramassez les tous les 2 jours pour éviter qu’ils ne puissent se reproduire.

Vos meilleurs alliés : les coccinelles !

Ne pas pulvériser d’insecticide, même du pyrèthre bio. Car le pyrèthre, même si il est biologique, est un insecticide, et donc tue les insectes. Car ce faisant, vous éliminez les coccinelles qui sont vos meilleurs alliés.  Les coccinelles mangent les œufs et les larves  des doryphores quand elles sont encore petites. SI vous voyez une coccinelle sur un plant, retournez les feuilles et vous trouverez probablement des œufs à détruire.

L’homéopathie fonctionne très bien

Utilisez un tube de granulés homéopathique Doryphora decemlineata 30 K.  Cela coûte quelques euros en pharmacie ! Faites fondre 10 granulés avec 1 litre d’eau dans une bouteille. Quand les granulés sont fondus, dynamisez le liquide en secouant fortement la bouteille fermée pendant 1 minutes ( ne sautez pas cette étape, même si cela vous paraît ridicule ! ). Vous pouvez ensuite diluer la préparation dans un pulvérisateur bien propre et rincé, avec 10 litres d’eau . Pulvérisez vos plants de pomme de terre tous les quinze jours maximum par temps sec.  En cas de très fortes pluies, vous pouvez refaire une pulvérisation. N’augmentez pas le dosage ni la fréquence des pulvérisations sous peine d’effet contraire (,-),-)). Le résultat est étonnant…  les doryphores tombent par terre, et meurent.

Continuez le ramassage des doryphores

La pulvérisation ne vous dispense pas de ramasser les doryphores... car il suffit de quelques rescapés pour relancer la ponte… C’est souvent quand il fait chaud que les doryphores se promènent sur les plantes et sont bien visibles..Ramassez et écrasez sans pitié!!

Au secours, je suis envahi !!

Si vous avez besoin de petit coup de main, vous pouvez utiliser le produit biologique Conserve. Ce produit compatible avec l’agriculture biologique, détruit les larves , mais uniquement les petites larves. Les grosses larves et les doryphores adultes ne sont pas détruits. D’où l’intérêt du produit homéopathique.

Le lin a un effet répulsif

Paillez vos pommes de terre avec des paillettes de lin ou semez du lin qui a un effet répulsif sur les doryphores autour de vos pommes de terre

Essayez vous verrez que cela marche bien…Bonne chasse !!!!

Découvrez ici mes trucs contre les autres ravageurs

Read more

Les tomates en pleine terre

En pleine terre

Depuis quelques années, les étés sont plus chauds, secs et lumineux. Ce changement climatique profite bien à la culture des tomates. Avant nos étés pluvieux provoquaient beaucoup de maladies..et en plus les tomates ne murissaient pas. Choisissez cependant un endroit abrité des vents et bien ensoleillé...

La plantation

Au potager comme dans la serre, il faut bien amender la terre. Les tomates ont besoin de nourriture; car une plante bien nourrie résiste bien aux maladies à la sécheresse..et aussi est plus productive. Ajoutez donc de l’engrais, ou du fumier séché ou du Secret Vert à la terre là où vous allez planter vos tomates. Je plante toujours mes tomates à côté des choux..car l’odeur de la tomates protège mes choux des chenilles causées par le papillon blanc (piéride du chou).

Quand ?

En pleine terre, on plante en général en même temps que les géraniums. Aux alentours du 15 mai, suivant l’orientation de votre jardin, et la météo du moment, vous pourrez planter vos tomates en pleine terre

Comment ?

Préparez une petite poche de terreau , et mettez une poignée de feuilles d’ortie dans le fond du trou. C’est un bon apport de minéraux! Ensuite, plantez votre tomate. Espacez bien vos plants de tomates de 60 à 70 cm. Cela permet d’avoir une belle aération entre les feuilles et les plantes, et de diminuer le risque de maladies dues à une mauvaise ventilation et à de l’humidité stagnante.

Le tuteur..

Prévoyez un tuteur solide qui pourra supporter le poids de votre récolte… qui sera suffisamment long…et qui sera bien ancré dans le sol. Attachez votre tomate au fur et à mesure vers le haut, pour bien la maintenir droite et éviter qu’elle ne tombe sur le sol...le contact avec l’humidité du sol provoque souvent l’apparition de maladies telles que le mildiou ou l’oidum.

L’arrosage.

En début de plantation, n’arrosez pas trop vos tomates, pour les obliger à bien descendre leurs racines de sol, et ainsi aller chercher l’eau plus en profondeur. Elles seront ainsi moins sensibles à la sécheresse.  Lors des arrosages, mettez l’eau au pied de la plante ! Ne douchez jamais vos plantes de tomates, car le feuillage mouillé devient ainsi fort sensible à l’oidium et au mildiou. Vous pourrez aussi une fois par mois , compléter l’arrosage avec du purin d’orties (dilution 5 %) ou avec un bon engrais tomates de votre choix

La taille

N’oubliez pas de tailler tous les gourmands qui poussent aux aisselles des feuilles. Vous pourrez garder les gourmands et les disposer sur vos choux : leur odeur éloigne la piéride du chou, et protège vos choux des chenilles. Vous pouvez aussi tailler votre plante après 3 ou 4 grosses grappes de fleurs, pour assurer votre récolte avec des beaux et gros fruits.

La protection contre les insectes et les maladies

Pour protéger la tomate des maladies, n’oubliez pas  tout d’abord de bien espacer les plants lors de votre plantation. Un espace de minimum 60 à 80 cm entre chaque plant ! Ensuite de bien nourrir les plants de tomates : un plant bien nourri est plus résistant aux maladies. Arrosez les régulièrement avec un engrais pour les renforcer.  Vous pouvez utiliser le purin d’orties et de consoude 1 fois par mois en dilution à 5%. Le purin d’orties renforce l’immunité de vos tomates, et le purin de consoude stimule la production de fleurs et de fruits.

Vous pouvez aussi utiliser les plantes compagnes: le basilic planté près de vos  tomates protège la tomate des maladies et attire les insectes pollinisateurs. Vous pouvez aussi utiliser préventivement nos mélanges d’huiles essentielles, et en homépathie pour protéger vos plantes. En ce qui concerne les insectes, les tomates sont peu sujettes aux prédateurs, car leur odeur naturelle éloigne de nombreuses mouches et chenilles.

Découvrez ici tous mes trucs pour cultiver les tomates en serre..

Read more